Vie Portuaire
Lorient : le groupement mené par la CCI obtient l’exploitation du port

Actualité

Lorient : le groupement mené par la CCI obtient l’exploitation du port

Vie Portuaire

À Lorient, la CCI reste aux manettes. Le Conseil régional a décidé, au terme de six mois de négociations, d’attribuer la délégation de service public pour l’exploitation du port de commerce au groupement mené par la Chambre de commerce et d’industrie du Morbihan (CCI 56) pour dix ans de plus. Une durée extensible à 15 ans. Il s’agissait de la seule candidature et elle a remporté l’unanimité lors du vote des élus de la commission permanente, le 2 décembre. 

Comme Brest et Saint-Malo, le port de Lorient est la propriété de la Région depuis 2007. La CCI en est l’opératrice historique, mais sa concession arrivait à échéance le 31 décembre 2019. Candidate à sa succession, la CCI s'engage à travers une SAS dédiée associant public et privé, dont elle a la majorité des parts (56%). On y trouve la Caisse des dépôts et consignations (20%), la société XSEA (10%), la société CIPAGO (5%) en cours de création, 56 Energies (5%), la SELLOR (1%), le Crédit Agricole du Morbihan (1%), la Caisse d’Epargne (1%) et Arkéa (1%).

« L’offre du concessionnaire se fonde sur un plan de développement durable intégrant les composantes économique, sociale et environnementale », indique la Région. « La consolidation des trafics existants (hydrocarbures, nutrition animale, vracs de construction) s’accompagne d’un programme d’investissements alliant développement, mais aussi renouvellement des équipements et dépenses d’entretien et maintenance permettant de maintenir le port et ses infastructures en conditions opérationnelles. Le concessionnaire propose également de valoriser l’interface ville-port et l'accueil de la croisière ». Le concessionnaire aura quatre missions principales : la mise en œuvre de la stratégie de développement durable du port, l’exploitation portuaire des services et activités de commerce, la réalisation d’investissements et d’opérations d’entretien et enfin la gestion, et enfin l’optimisation et la valorisation du domaine public portuaire.