Vie Portuaire
Lorient : Le trafic portuaire en hausse

Actualité

Lorient : Le trafic portuaire en hausse

Vie Portuaire

Le trafic global du port de commerce de Lorient est en progression pour la deuxième année consécutive. Le tonnage 2018 a augmenté de 7,67 %. Géré par la Chambre de commerce et d’industrie du Morbihan, l’équipement lorientais pointe à la 14e place des ports de France métropolitaine en termes de tonnage.

Deux années consécutives de hausse

2 449 688 tonnes de marchandises diverses ont été manutentionnées en 2018 sur le port de commerce de Lorient. Après six années de baisse, le trafic est à la hausse pour la deuxième année consécutive, soit + 7,67 % par rapport à 2017. Une hausse due pour majorité à une croissance significative de deux trafics : la nutrition animale et le vrac de construction. Au total, 422 navires ont été accueillis, en 2018, à Kergroise et au Rohu. Côté finances, le port a réalisé 9,5 M€ de chiffre d’affaires en 2018.

Les volumes d’hydrocarbures à la baisse

Les hydrocarbures constituent le volume le plus important du trafic du port de commerce lorientais : avec 912 298 t déchargées en 2018 contre 957 655 t en 2017 (- 4,7 %), ils représentent 37 % du tonnage total manutentionné. Un chiffre en légère baisse par rapport à l’an passé (42 %). Cette baisse d’activité du dépôt pétrolier est liée à un stockage très important en début d’année, encore non absorbé en totalité.

La nutrition animale en nette progression

En 2017, le trafic nutrition animale accusait une baisse de 8,4 %, après une chute de 14 % en 2016… La tendance s’est inversée, avec 779 951 t déchargées à fin décembre 2018 contre 693 864 t à fin décembre 2017 (+ 12,4 %). Une hausse qui s’explique par la faible récolte céréalière bretonne 2018, tous coproduits confondus, qui a permis un accroissement des imports en soja et tournesol, dont les cours sont actuellement très bas (250 $ la tonne) mais aussi de « maïs grains » sur le dernier trimestre. La plus grosse cargaison de l’année : le port a accueilli, en septembre, le cargo Chloé et ses 63 400 t de soja. Un record !

Le boom de la filière BTP

Tous trafics confondus, le tonnage pour les vracs de construction (sable marin, ciment…) est en hausse de 24,2 % en 2018. Déjà l’an passé, il était en augmentation de 11,2 %, soit 681 048 t à fin décembre 2018 contre 548 474 t à fin décembre 2017. Ces résultats soulignent le redémarrage de la filière du BTP. En détail, le tonnage de ciment explose littéralement : + 265 %, avec 54 702 t déchargés en 2018, contre 14 980 t déchargés en 2017. « Le volume attendu pour 2019 devrait être du même ordre de grandeur. Une progression due à la mise sur le marché de nouveaux types de ciment qui ont rencontré un fort succès dans le secteur du bâtiment sur le grand Ouest », explique-t-on à la CCI 56. Le tonnage de sable, lui, est en hausse de 19,6 % avec 617 402 t déchargés en 2018.

Le recyclage perce

En hausse également, l’export de pneus broyés : 33 738 t chargées en 2018, contre 26 101 t chargées en 2017 (+ 29,3 %). Par ailleurs, la société Veolia a mis en place une nouvelle filière d’exportation de broyat de bois recyclé vers la Suède, via le port de commerce de Kergroise. Le premier navire a chargé 2 200 t fin novembre. Une activité qui devrait croître en 2019 : quatre à cinq navires sont attendus et environ 6 000 t pourraient prendre la mer. Dans les marchandises diverses, on enregistre la baisse des déchargements de calcaire marin, bois et fonte (42 654 t en 2018, soit 1 15,02 %), essentiellement due à la perte du marché de pâte à papier, regroupé par son importateur sur La Rochelle, et celle des chargements de kaolin (6 467 t en 2018, soit - 30,5 %).

Des ambitions pour 2019

La CCI du Morbihan affiche des ambitions. Le port entend notamment diversifier ses trafics, « grâce à l’exportation de céréales par notre nouvel outil de chargement, à l’exportation de nouveaux produits de recyclage et au développement de l’équipement comme port de service pour l’éolien ». Par ailleurs, la CCI 56 « entend rester impliquée dans la gestion du port de commerce », se préparant à répondre à l’appel d’offres de la Région pour la future Délégation de service public (DSP) à partir de 2020.

Un article de la rédaction du Télégramme

 

Port de Lorient