Pêche

Actualité

Lorient : Un nouveau bateau de pêche rapide signé Pantocarène

Pêche
Construction Navale

Le pêcheur lorientais Yann Didelot va prendre possession de son nouveau bateau, répondant au doux nom de « Komz me rèr ». Achevé par Chantier Bernard, ce fileyeur-caseyeur de 12 mètres de long pour 5 mètres de large avait été initialement commandé chez ACCF mais, suite à la liquidation judiciaire du constructeur de Plonéour-Lanvern en février dernier, avait été transféré chez Bernard.

Un « coup de coeur »

Particularité de ce bateau : c’est une unité rapide dotée d’une carène à rostre du type Rorcal 120. Un modèle conçu par l’architecte Didier Marchand (Pantocarène), qui avait d’abord travaillé sur un design destiné aux vedettes de sauvetage avant de le décliner à la pêche dans les années 2000. Une architecture que Yann Didelot n’avait pas initialement envisagée : « Je pensais plutôt à un catamaran car je souhaitais un bateau capable d’aller à 25-30 nœuds. C’est lorsque j’ai demandé un devis à ACCF que le chantier m’a parlé de la Chimère, à Audierne, qui a une coque Pantocarène. Je suis allé le voir et nous sommes sortis en mer. Là j’ai eu le coup de cœur. Ce qui m’a plu sur ce bateau c’est la tenue à la mer et la vitesse », explique le pêcheur lorientais.

 

 

Le Komz me rèr présenté la semaine dernière à Navexpo (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Gros gain de temps pour rallier la zone de pêche

La vitesse, un élément crucial pour Yann Didelot, qui depuis Lorent pêche le tourteau, l’araignée et le homard, ainsi qu’un peu de sole en hiver, aux alentours de Belle-Ile. « Avec l’ancien bateau, il y avait 2 heures de route, là il n’y aura plus que trois quarts d’heure à consommation égale. C’est un gain énorme de temps sur la journée car nous pourrons partir 1 heure plus tard le matin et rentrer 1 à 2 heures plus tôt le soir. Pour le confort de vie, ce gain de temps est énorme ».

Equipé de deux moteurs Iveco, le bateau a atteint 24 nœuds lors de ses premiers essais et, après réglage, devrait être capable de monter à 25 ou 26 nœuds. Ils seront quatre pêcheurs à travailler sur ce fileyeur-caseyeur au nom facétieux. En Breton, « Komz me rèr » signifie en effet « Parle à mon cul », une dédicace très personnelle de son patron.

A noter que l’ancien bateau de Yann Didelot, le Bugal Spontuz (« Enfant terrible »), un caseyeur de 10.95 mètres construit en 1988 et refondu en 2009, a été vendu à de jeunes pêcheurs qui l’exploitent depuis le mois de mars.