Nautisme
Lorient : Une formation pour les préparateurs de course au large

Actualité

Lorient : Une formation pour les préparateurs de course au large

Nautisme

L'Afpa Auray, Centre stratégique national nautisme et maritime, multiplie les formations pointues et inédites. La dernière en date vise à former des préparateurs qualifiés pour les entreprises et les équipes engagées dans la course au large et la grande plaisance. Parrainée par le skipper lorientais Alain Gautier, la première promotion s'est ouverte en début de semaine à Lorient La Base.

« En 1992, nous étions trois pour préparer le Vendée Globe, se remémore Alain Gautier. Aujourd'hui, les grosses équipes comptent dix, voire douze personnes. La course au large s'est développée ces dernières années. La voile se professionnalise. Avant, c'était plus simple. On apprenait souvent sur le tas, en suivant les conseils des skippers ou des préparateurs plus anciens. Aujourd'hui, les bateaux sont de plus en plus complexes. Ça demande du monde et ça justifie une formation », renchérit le navigateur.

Deux alvéoles du K3 dédiées à l'Afpa

Depuis lundi, ce manque est comblé. Inédite en France, la première formation « Préparateurs voilier de course » est proposée par l'Afpa Auray (*) dans le K3 de Lorient La Base, dans un espace plus grand, Lorient Agglomération venant de mettre à disposition une seconde alvéole. Alain Gautier est le parrain de cette première promotion dans laquelle figurent douze hommes, âgés de 22 à 35 ans, qui vont suivre un enseignement de 400 heures, jusqu'au 22 décembre. Au menu, entre théorie et pratique, différents modules : matelotage et gréement, accastillage, composite, mécanique, hydraulique et électricité, gestion et communication (en anglais notamment avec France Birch, l'épouse du navigateur canadien Mike Birch), plongée et inspection de carène, préparation physique, esprit de compétition et esprit d'équipe. Et deux semaines de stage en entreprise.

« Développer la polyvalence »

« Il s'agit d'une formation-action autour du geste professionnel. La débrouille, ça peut s'apprendre mais il faut un référentiel métier », explique Fabrice Parat-Yeghiayan, le directeur de l'Afpa Auray. « L'objectif est de former du personnel polyvalent et compétent, afin de répondre aux besoins des entreprises et des équipes engagées dans la course au large ou de la grande plaisance. Nous allons aborder tous les métiers à bord d'un bateau, avec des experts. Il faut cadrer avec les pratiques professionnelles, être en veille et à la pointe », complètent les formateurs, Yves Lemoal et Patrick Julien.

« Les besoins sont là ! »

« Lorient est une place forte de la course au large, poursuit Fabrice Parat-Yeghiayan. Et les besoins sont là ! ». Eve Bougault, de Lorient Grand Large, confirme : « La Sailing Valley accueille près de 80 skippers à l'année, dix écuries de course et draine 320 emplois sur l'agglomération. Il y a des garanties d'embauche ». Alain Gautier confirme : « Il y a du potentiel, à Lorient et ailleurs ! » Ce sont ces débouchés qui ont poussé la plupart des stagiaires à postuler. Après « un recrutement ardu », douze ont été retenus, sur la centaine de candidats. Parmi eux, le Forestois Mathieu, 30 ans : « J'ai tâté du composite mais j'étais frustré de ne pouvoir aller voir plus loin. Cette formation tombe à pic ». Quentin, 28 ans, du Nord, approuve : « Je n'en pouvais plus des bureaux d'études... J'aime la voile de compétition et je suis passionné de technique et d'innovation ». Même son de cloche pour Robin, 24 ans, de Lyon : « J'ai découvert une seconde passion à ma première passion, la voile. Je fais tout moi-même sur mon bateau et je cherche à l'optimiser. Cette formation est la bienvenue ». Nicolas, un Toulousain de 22 ans qui « habite sur un voilier », voit également cette formation comme « un véritable tremplin ». Diplômé en construction navale, il aspire, comme ses compères, à « travailler dans la course au large ». (*) La formation, vécue comme « une aventure collective » par ses acteurs, a mobilisé l'Agefos PME, le conseil régional de Bretagne, Pôle Emploi et l'Afpa Auray.

Un article de la rédaction du Télégramme