Défense
ABONNÉS

Actualité

Lorient va construire des corvettes Gowind pour les Emirats

Défense

Excellente nouvelle pour Naval Group (ex-DCNS), qui va pouvoir rapidement regarnir le plan de charge en baisse de son site de Lorient et, du même coup, probablement sauver le site voisin de Lanester, exploité par Kership, sa société commune avec Piriou.

Hier, suite à la visite à Abu Dhabi du président Macron, la France et les Emirats Arabes Unis ont en effet annoncé avoir conclu un accord pour la commande de corvettes du type Gowind 2500 destinées aux forces navales émiraties. Le contrat portera sur la réalisation de deux bâtiments, avec une option pour deux unités supplémentaires. « Nous sommes fiers que les autorités des Emirats Arabes Unis aient sélectionné les corvettes Gowind de Naval Group. Avec notre partenaire industriel émirien ADSB, les discussions vont maintenant se poursuivre avec les Forces armées pour nous permettre de finaliser le contrat relatif à cette acquisition », a déclaré Hervé Guillou, président de Naval Group.

Le communiqué commun des deux gouvernements évoque une construction par l'industriel français, en partenariat avec le chantier Abu Dhabi Ship Building Company (ADSB). Dans les faits, les coques propulsées et aménagées des deux premières corvettes (au moins) seront réalisées à Lorient, le système de combat et l’armement étant ensuite intégrés aux EAU.

 

La corvette égyptienne Elfateh, toute première Gowind produite à Lorient (© NAVAL GROUP)

 

Selon nos informations, la fabrication des corvettes émiraties devrait débuter dès l’année prochaine et apporter une importante charge de travail à la navale lorientaise jusqu’en 2021. Ce contrat va donc permettre une remontée en puissance du site lorientais de Naval Group, qui emploie 2000 personnes. Son activité a pour mémoire ralenti suite à l’achèvement de la corvette égyptienne Elfateh (également du type Gowind 2500), livrée en septembre dernier, et du léger glissement dans la construction de la sixième frégate multi-missions (FREMM) française, la Normandie, qui doit être réceptionnée par la Marine nationale au second semestre 2019. Alors que deux autres FREMM, avec des capacités antiaériennes renforcées, seront achevées en 2021 et 2022, Lorient doit également débuter à partir de 2019 la construction de la première des cinq nouvelles frégates de taille intermédiaire (FTI), livrable fin 2023. La construction combinée de frégates et de corvettes va donc permettre de développer le plan de charge, d’autant que Naval Group espère toujours décrocher, pour Lorient, la réalisation de deux autres Gowind égyptiennes.

 

FREMM en achèvement à Lorient, ici en 2016 (© NAVAL GROUP)

La forme de construction de Lorient, ici en 2015 (© MER ET MARINE)

 

Le pic de charge attendu va également, en toute logique, bénéficier au chantier de Lanester, cédé en 2016 par STX France à Kership. Après une forte charge de travail liée à la réalisation de sections de FREMM en sous-traitance de Naval Group, à la fabrication de la coque du nouveau ferry de Groix pour Piriou et de celle de la future Seine, troisième des quatre bâtiments de soutien et d’assistance hauturiers (BSAH), Lanester n’a en effet plus rien dans son plan de charge en 2018. Le chantier, qui emploie 45 personnes, devrait donc se voir confier la fabrication de blocs pour les Gowind émiraties. 

 

Le site de Lanester , ici en 2015 avant sa reprise par Kership (© LOYS LECLERCQ)
 

Les sous-traitants locaux vont aussi bénéficier de ce contrat, tout comme les grands équipementiers français. On pense notamment à Thales, qui a notamment fourni pour les précédentes Gowind des radars, sonars, systèmes de communication et de guerre électronique, ou encore à MBDA, avec ses missiles surface-air VL Mica et ses missiles antinavire Exocet MM40. La marine émiratie dispose d'ailleurs déjà de Mer-Mer 40 sur ses corvettes du type Baynunah, conçues par le chantier cherbourgeois CMN (celui-ci a réalisé la tête de série en 2011, les cinq autres étant construites en transfert de technologie par ADSB). On notera que CMN n'était pas associé à Naval Group pour les nouvelles corvettes émiraties mais s'est allié à celui-ci sur d'autres projets à l'export afin de limiter la concurrence franco-française.

La commande des EAU va porter à 12 (hors options) le nombre de Gowind vendues par Naval Group. Ces corvettes de nouvelle génération, spécialement conçues pour le marché international, ont été choisies par l'Egypte, avec pour le moment une unité réalisée en France et trois autres en cours de fabrication en transfert de technologie à Alexandrie ; six unités produites avec l'assistance française pour la marine malaisienne au chantier Boustead de Lumut, au nord-ouest de Kuala Lumpur; ainsi que les deux futures unités émiraties. Ce modèle, pour le moment décliné en différentes variantes de 2500 à plus de 3000 tonnes, est également en compétition dans d'autres pays. 

- Voir notre article détaillé sur les corvettes du type Gowind 2500

 

L'Elfateh pendant ses essais (© NAVAL GROUP)

 

Naval Group (ex-DCNS) Piriou