Défense
L'Otan n'envisage pas encore d'intervention terrestre contre les pirates

Actualité

L'Otan n'envisage pas encore d'intervention terrestre contre les pirates

Défense

Proposée par la Russie, une action terrestre contre les repères de pirates en Somalie n'a, pour l'heure, pas la faveur de l'OTAN. « Le blocus des ports n'est pas envisagé par l'Otan, a déclaré lundi son secrétaire général Jaap de Hoop Scheffer, soulignant qu'aucune action de ce genre n'avait été jusqu'à présent autorisée par le Conseil de sécurité des Nations unies. Cela ne fait pas partie, aujourd'hui, des options, a ajouté M. de Hoop Scheffer à l'issue d'une réunion Otan-UE, tout en rappelant que l'alliance réfléchissait à ses responsabilités à plus long terme face au phénomène de la piraterie », relate l'Agence France Presse. Selon le général John Craddock, commandant en chef des forces alliées en Europe, cité par l'AFP : « On a notamment observé que l'on ne bloque pas la piraterie sur la mer mais sur terre. Interrogé sur l'opportunité de planifier une opération terrestre, il a cependant répondu : Je pourrais avoir à le faire, mais aujourd'hui je me concentre sur les opérations navales. Une intervention terrestre, préconisée notamment le 19 novembre par l'ambassadeur de Russie auprès de l'Otan, est bien au-delà de ce que je fais aujourd'hui et de ce que l'on m'a demandé de faire ».
Depuis la fin octobre, l'OTAN a envoyé au large de la corne d'Afrique quatre bâtiments militaires chargés de la lutte contre la piraterie. Cette force doit être remplacée, à partir du 8 décembre, par l'Eunavfor Atalanta, groupe aéronaval européen composé de navires de surface et d'avions de patrouille maritime.

Piraterie dans le monde | Actualité du brigandage maritime