Science et Environnement
LUCIE : Naissance d'une super caméra sous-marine au Canada

Actualité

LUCIE : Naissance d'une super caméra sous-marine au Canada

Science et Environnement

C’est un cylindre de 60 cm de long et 25 de diamètre qui pourrait bien révolutionner l’imagerie et la surveillance sous-marine. Après plusieurs années de recherches, la caméra LUCIE (Laser Underwater Camera Image Enhacer) est au point. Commercialisée par D-fense Ltée, une jeune entreprise canadienne basée au Québec, cet engin permet de voir cinq fois mieux qu’une caméra classique. Comment ces performances ont-elles été obtenues ? « Tout simplement » en supprimant la quasi-intégralité de la lumière réfléchie sous l’eau pour ne capter que celle provenant de l’objet observé. Il a fallu jouer sur le temps de parcours de la lumière sous l’eau et le moment précis où le déclencheur entrait en fonction. Mathématiquement, l’image des particules en suspension arrive avant sur l’objectif. LUCIE est donc équipée d’un calculateur qui ne tient pas compte de la lumière rétrodiffusée par ces « parasites » d’image et ne retient que celle de la cible.

Applications civiles et militaires

Conçue par le RDDC (Recherche et Développement Defense Canada) Valcartier, le plus grand centre de recherches fédéral canadien (300 millions de dollars de budget), LUCIE a nécessité 8 ans de recherches et son développement a coûté près d’Un million de dollars. Les recherches se poursuivent actuellement pour pouvoir adapter ce système à tous les robots sous-marins autonomes, comme les fameux ROV. La caméra, aujourd’hui opérationnelle, sera bientôt mise sur le marché pour un prix situé entre 250 et 500.000 dollars pièce. Commercialisée sous le nom Sea Survevor, elle est destinées à tous les types de missions, du travail offshore pour les compagnies pétrolières aux interventions suite à des naufrages, en passant par le sauvetage, la recherche d’objets et l’inspection des ponts, des viaducs, des barrages ou encore des installations immergées des les ports. Les militaires sont également très intéressés par les performances de cette caméra qui pourrait servir à la surveillance sous-marine, à la reconnaissance et à la chasse aux mines. L’US Navy à d’ailleurs prévu de mettre LUCIE à l’essai dans le courant de l’automne.