Défense
L’Ukraine veut commander 20 patrouilleurs côtiers à Ocea

Actualité

L’Ukraine veut commander 20 patrouilleurs côtiers à Ocea

Défense

L'Ukraine a annoncé la conclusion d’un accord avec la France en vue d’acquérir 20 patrouilleurs côtiers de 32 mètres du type FPB 98 MK II auprès du constructeur vendéen Ocea. L’annonce a été faite à l’occasion du salon Milipol, où un accord intergouvernemental a été signé en ce sens entre le ministre ukrainien des Affaires intérieures, Arsen Avakov, et son homologue français Christophe Castaner.

Livrables entre 2021 et 2023, ces bateaux doivent permettre, selon Kiev, de reconstituer les moyens navals des garde-frontières : « Ils seront utilisés pour la protection des frontières maritimes, des opérations de surveillance et de contrôle, de recherche et de sauvetage ainsi que dans la lutte contre le sabotage et le renseignement », indique le ministère ukrainien des Affaires intérieures. Pour Arsen Avakov, l’offre d’Ocea, qui était en compétition avec d’autres propositions « était la plus avantageuse sur le plan économique et la France offrait une approche globale de financement et de crédit, ainsi qu’une localisation partielle du contrat, pour 25% de production ukrainienne ». Cinq des vingt patrouilleurs doivent ainsi être produits dans les chantiers de Nikolaev, où le gouvernement entend profiter de ce programme pour relancer la construction de bateaux en aluminium et pérenniser cette activité. Les semi-rigides qui seront embarqués par les FPB 98 seront également produits localement (dans la ville de Kharkov), ainsi que l’armement dont seront dotés les patrouilleurs (la France évite ainsi de trop froisser Moscou en livrant des bateaux sans armes).

Arsen Avakov a précisé que le montant de ce contrat s’élevait à 136 millions d’euros et que l’Ukraine paiera directement 15% du montant, le reste faisant l’objet d’un « prêt spécial » de Bercy à un taux d’intérêt « minimum ».

En dehors de la construction de 15 patrouilleurs et de l’assistance technique à la production de 5 autres à Nikolaev, Ocea devra assurer la formation de 240 membres d’équipage et 120 personnels techniques. Le constructeur français livrera également des lots de pièces de rechange et assurera sur place une assistance technique durant deux ans pour la maintenance des bateaux, qui seront livrés à Odessa.  

L’accord intergouvernemental conclu le 19 novembre doit rapidement se transformer en contrat en bonne et due forme pour Ocea.

Avec son modèle FPB 98, conçu à la fin des années 2000 et amélioré depuis, le groupe vendéen est en tous cas bien parti pour réaliser la plus grande série de « bateaux gris » de l’histoire moderne de la construction navale française. Un titre détenu jusqu’ici par le chantier girondin Couach avec la série des 79 intercepteurs de 15 mètres livrés entre 2016 et 2018 à l’Arabie Saoudite. Suit pour le même pays une autre série d’intercepteurs, de 32 mètres, cette fois produits par CMN et dont les premiers exemplaires seront bientôt livrés. Pour l’heure, 39 ont été commandés (dont 21 à produire à Cherbourg) mais selon certaines sources la flottille pourrait être gonflée à une soixantaine d’unités.

Du côté d’Ocea, les FPB 98 ont, pour le moment, été vendus à 45 exemplaires : 20 ont été livrés entre 2008 et 2011 à l’Algérie, qui a de nouveaux passé commande de 20 unités supplémentaires, dont une petite dizaine a déjà été achevée. Ocea a livré trois autres modèles de ce type au Bénin, en 2012, puis un au Surinam et un autre au Nigéria en 2013.

Longs de 32 mètres pour une largeur de 6 mètres, les FPB 98 sont de petits patrouilleurs en aluminium conçus pour assurer des missions de surveillance et d’interception dans la zone économique exclusive. Capables de dépasser 30 nœuds, ils peuvent franchir environ 1000 milles à 12 nœuds avec une autonomie d’une semaine. Armés par une douzaine de marins, ces bateaux peuvent mettre en œuvre un semi-rigide et être équipés d’artillerie allant jusqu’à un canon télé-opéré de 30mm. 

Ocea, dont le plan de charge est actuellement très garni, continue de travailler sur différents programmes, dont celui des nouveaux FPB 98 algériens, son premier OPV de 84 mètres destiné aux Philippines et qui doit être livré prochainement, ou encore des contrats pour le Nigéria. A ce titre, le dernier d'une nouvelle série de FPB 72 (24 mètres) vient d'arriver à Saint-Nazaire. Nommé Osun, il va porter à huit le nombre de ces petits patrouilleurs de 24 mètres en service dans la marine nigériane.

 

L'Osun à son arrivée à Saint-Nazaire le 20 novembre au petit matin (© MER ET MARINE)

L'Osun à son arrivée à Saint-Nazaire le 20 novembre au petit matin (© MER ET MARINE)

 

OCEA