Défense
L’un des futurs SNLE britanniques sera nommé Warspite

Actualité

L’un des futurs SNLE britanniques sera nommé Warspite

Défense

Le secrétaire à la Défense britannique, Gavin Williamson, a annoncé le nom du troisième des quatre futurs sous-marins nucléaires lanceurs d’engins de la Royal Navy. Il sera baptisé Warspite, nom déjà porté par huit bâtiments de guerre britanniques depuis le règne de la reine Elizabeth I. Le dernier (en unité de surface) est l’un des trois fameux cuirassés de la classe Queen Elizabeth, qui ont combattu du Jutland à la fin de la seconde guerre mondiale. Mais il y eut également un sous-marin nucléaire d'attaque de la classe Valiant en service entre 1967 et 1991. 

 

L'ancien cuirassé Warspite (1915-1945) lors du débarquement de Normandie en juin 1944 (© Royal Navy)

L'ancien cuirassé Warspite (1915-1945) lors du débarquement de Normandie en juin 1944 (© Royal Navy)

 

Le futur HMS Warspite suivra les HMS Dreadnought et HMS Valiant, le nom du quatrième SNLE de cette classe n’étant pas encore acté. Destinés dans le cadre du programme Successor à remplacer les actuelles unités de la classe Vanguard, livrées entre 1993 et 1999, ces bâtiments de 153.6 mètres de long et 17.200 tonnes pourront mettre en œuvre 12 missiles balistiques Trident II D5.

La construction de la tête de série a débuté en 2016 au chantier BAE Systems de Barrow-in-Furness. Sa livraison à la Royal Navy est prévue à partir de 2028 en vue de réaliser sa premiière patrouille au début des années 2030. 

 

 

 

Royal Navy