Marine Marchande
L'US Navy déjoue une attaque de pirates

Actualité

L'US Navy déjoue une attaque de pirates

Marine Marchande

La marine américaine est parvenue jeudi dernier à déjouer une attaque de pirates au large de la corne d'Afrique. Vers 10H30 du matin, le porte-avions nucléaire USS Enterprise et le destroyer lance-missiles USS Leyte Gulf, déployés en mer d'Arabie, recevaient un appel de détresse du Falcon Trader II. Le navire de commerce, avec 20 marins philippins à bord, était victime d'un abordage par un esquif de pirates. Alors que les assaillants montaient à bord, l'équipage s'est réfugié dans une salle protégée en attendant l'arrivée des secours. Depuis cette « citadelle », où se trouvaient de l'eau et de la nourriture, les marins philippins avaient le contrôle du navire et disposaient de moyens de communication, qui leur ont permis de rester en contact avec les militaires américains. Ces derniers ont dépêché sur place un hélicoptère SH-60F de l'Enterprise et un SH-60B du Leyte Gulf. L'un des appareils a tiré des coups de semonce pour dissuader les pirates de poursuivre leur attaque.

 (© : US NAVY)
(© : US NAVY)

A cet instant, deux hommes ont été observés. Rejoignant l'esquif, ils ont tenté de fuir pour rejoindre, semble-t-il, un bateau-mère situé plus loin. Poursuivis par le SH-60F, les pirates ont ouvert le feu avec un fusil mitrailleur AK-47, sans parvenir à toucher l'hélicoptère. N'insistant pas, celui-ci a cessé la poursuite alors que le jour déclinait. Ne sachant pas si d'autres pirates étaient restés à bord, les marins américains ont choisi de ne pas intervenir de nuit, tout en maintenant le contact avec les marins philippins, toujours retranchés dans la citadelle. Ce n'est que le lendemain matin qu'une équipe d'intervention du croiseur Leyte Gulf est montée à bord du Falcon Trader II, sécurisant le navire et confirmant qu'il n'y avait plus d'intrus à bord. L'équipage, sain et sauf, a alors pu sortir de la salle protégée.
L'US Navy a indiqué qu'elle avait continué de suivre le bateau-mère des pirates. Aucune intervention n'a toutefois été décidée, des otages étant probablement retenus sur cette embarcation (les bateaux-mères sont des navires piratés, par exemple des unités de pêche ou des remorqueurs, servant de bases mobiles aux esquifs de pirates).

Marins américains et philippins  (© : US NAVY)
Marins américains et philippins (© : US NAVY)

Piraterie dans le monde | Actualité du brigandage maritime US Navy / USCG