Défense
L'US Navy libère un bateau de pêche iranien détenu par des pirates

Actualité

L'US Navy libère un bateau de pêche iranien détenu par des pirates

Défense

La marine américaine a mené à bien, le 5 janvier, la libération d'un navire de pêche iranien et de son équipage, détenus depuis un mois et demi. Le boutre Al Molai, dont les pirates se servaient comme bateau-mère, a été repéré par l'US Navy au nord de la mer d'Oman. Sur l'un de ses bords, l'hélicoptère Seahawk dépêché en mission d'observation par le destroyer lance-missiles USS Kidd a découvert un esquif. Un appel de détresse que l'un des marins iranien est parvenu à transmettre a confirmé les soupçons pesant sur le boutre. Il s'agissait bien d'un bateau pirate. Une opération de libération a été décidée. Depuis l'USS Kidd, une équipe de militaires américains a repris le contrôle de l'Al Molai. Les pirates n'auraient pas offert de résistance et se seraient vite rendus. Selon l'US Navy, les 13 pêcheurs iraniens retenus en otage ont été libérés et 15 pirates interpellés. D'après la marine américaine, les otages ont été retenus dans des conditions très difficiles, subissant de mauvais traitements et ne recevant que peu de nourriture.

L'USS Kidd près du boutre  (© : US NAVY)
L'USS Kidd près du boutre (© : US NAVY)

 Le boutre Al Molai (© : US NAVY)
Le boutre Al Molai (© : US NAVY)

 Libération des pêcheurs (© : US NAVY)
Libération des pêcheurs (© : US NAVY)

D'après les témoignages recueillis, les pêcheurs auraient été contraints d'assister leurs geôliers dans leurs opérations. Alors que les ex-otages ont reçu l'assistance des marins américains, les présumés pirates ont été transférés sur le porte-avions USS John C. Stennis, qui emmène un groupe aéronaval au sein duquel l'USS Kidd est intégré. Samedi, Téhéran a salué la libération des pêcheurs iraniens. « Nous considérons l'action des forces américaines qui ont sauvé la vie de marins iraniens comme un geste humanitaire positif et nous saluons cette initiative », a déclaré le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères.
Cet évènement apaise un peu le climat de tension très vive régnant actuellement entre les Etats-Unis et l'Iran. La semaine dernière, alors que l'USS John C. Stennis avait emprunté le détroit d'Ormuz (que les Iraniens ont menacé de fermer) pour gagner la mer d'Oman, le général Salehi, chef de l'armée iranienne, avait invité le porte-avions américain, de manière menaçante, à ne pas revenir dans le golfe Persique. Hier, le secrétaire américain à la Défense a affirmé que Washington répondrait par la force si l'Iran bloquait Ormuz. « Nous avons été très clair sur le fait que les Etats-Unis ne toléreront pas la fermeture du détroit d'Ormuz. C'est une ligne rouge pour nous et nous y répondrons », a déclaré Leon Panetta.

L'USS John C. Stennis dans le détroit d'Ormuz  (© : US NAVY)
L'USS John C. Stennis dans le détroit d'Ormuz (© : US NAVY)

Piraterie