Défense
L’USS George H. W. Bush accueille des Rafale et Hawkeye français

Actualité

L’USS George H. W. Bush accueille des Rafale et Hawkeye français

Défense

Le déploiement de l’aéronautique navale française aux Etats-Unis est entré dans sa phase finale. Rafale et Hawkeye ont en effet embarqué le 8 mai sur l’USS George H. W. Bush (CVN 77), en compagnie du groupe aérien embarqué du porte-avions américain, notamment ses F/A-18. Cette phase d’entrainement à la mer doit durer jusqu’à ce vendredi, soit une dizaine de jours à la mer avec des entrainements conjoints allant crescendo en difficultés.

Organisée dans la cadre de la remontée en puissance du Charles de Gaulle, qui va reprendre la mer cet été après sa refonte à mi-vie, cette mission, baptisée Chesapeake, a commencé début avril.

 

Rafale Marine appontant sur le CVN 77 (© : US NAVY)

Rafale Marine appontant sur le CVN 77 (© : US NAVY) 

 

 

L'USS George H. W. Bush (© : US NAVY)

L'USS George H. W. Bush (© : US NAVY) 

 

350 marins (dont 27 pilotes), ainsi que 12 Rafale Marine et un Hawkeye, ont traversé l’Atlantique pour rejoindre les bases aéronavales américaines d’Oceana et Chambers. La première phase de la mission, qui a duré environ un mois, comprenait notamment des appontages simulés sur piste (ASSP) de jour comme de nuit, destinés à permettre aux pilotes de répéter les manoeuvres à entreprendre lors de la phase critique de l’appontage. Un préalable indispensable avant les phases de qualifications conduites sur l’USS George H. W. Bush.

Ce déploiement permet aux pilotes, mais aussi aux officiers d’appontage et aux équipes techniques des flottilles, de recouvrer leurs réflexes et qualifications alors que le Charles de Gaulle a achevé sa dernière mission fin 2016. Cela fait donc un an et demi qu’aucun Rafale Marine ou Hawkeye français n’avait été embarqué sur un porte-avions. La mission Chesapeake constitue par conséquent un précieux gain de temps qui permettra au groupe aéronaval français d’être plus vite opérationnel après la fin de l’arrêt technique du Charles de Gaulle.  

C’est aussi l’occasion de renforcer encore un peu plus les liens entre l’US Navy et la Marine nationale, qui ont atteint ces dernières années un niveau d’interopérabilité sans précédent.

 

F/A-18 et Rafale Marine au catapultage sur le CVN 77 (© : US NAVY)

F/A-18 et Rafale Marine au catapultage sur le CVN 77 (© : US NAVY) 

 

Pendant toute la durée du déploiement, plus de 180 exercices et entrainements en vol conjoints ont été programmés avec les Américains. « De nombreuses missions sont planifiées avec des objectifs toujours plus ambitieux, permettant de balayer le large spectre des savoir-faire des pilotes de chasse embarquée : soutien des troupes au sol, attaque ou défense de bateaux, recherche de cibles, bombardement, combat aérien avec nombre d’avions variable – 1 contre 1 ou attaques multiples, défense de zone et protection de raid dans la profondeur, etc. A terre comme en mer, ces missions complexes seront menées quotidiennement, tout en s’attachant à mécaniser les actions spécifiques liées à la mise en oeuvre depuis un pont d’envol (catapultage, appontage, retour de mission en circuit porte-avions, de jour comme de nuit) », expliquait la Marine nationale en début de mission. 

Pour ces 7 semaines consécutives d’entrainement, la marine a prévu 430 vols sur Rafale Marine et 40 vols sur Hawkeye.

 

Marine nationale US Navy / USCG