Défense
L’USS George H.W. Bush va embarquer des Rafale Marine et Hawkeye français
ABONNÉS

Actualité

L’USS George H.W. Bush va embarquer des Rafale Marine et Hawkeye français

Défense

C’est le porte-avions américain USS George H.W. Bush qui a été retenu pour accueillir au printemps une grande partie du groupe aérien embarqué de la marine française. Il s’agit, comme cela avait été le cas pour la première fois en 2008, de permettre aux pilotes et techniciens de l’aéronautique navale de s’entrainer en conditions réelles juste avant le retour à la mer du Charles de Gaulle, en cale sèche à Toulon depuis près d’un an.

 

L'USS George H.W. Bush (© : US NAVY)

L'USS George H.W. Bush (© : US NAVY)

L'USS George H.W. Bush (© : US NAVY)

L'USS George H.W. Bush (© : US NAVY)

 

350 marins et une quinzaine d’avions

En tout, quelques 350 marins provenant des quatre flottilles de l’aviation embarquée, les 4F, 11F, 12F et 17F, basées pour la première à Lann-Bihoué et pour les trois autres à Landivisiau, vont partir aux Etats-Unis avec pas moins d’une quinzaine de Rafale Marine et d’Hawkeye. Cette campagne américaine débutera par une première phase à terre, au mois d'avril, sur la Naval Air Station (NAS) d'Oceana, près de Norfolk. Elle se poursuivra en mai à bord de l’USS George H.W. Bush. Sur ce mastodonte de 333 mètres de long et environ 100.000 tonnes de déplacement en charge (contre 261 mètres et 42.000 tonnes pour le Charles de Gaulle), les marins français pourront se qualifier et s’entrainer à la mise en œuvre des appareils sur un porte-avions (appontages, catapultages, opérations sur le pont, soutien technique…)

 

Hawkeye français sur l'USS Harry S. Truman en 2008 (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Hawkeye français sur l'USS Harry S. Truman en 2008 (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Rafale Marine sur l'USS Theodore Roosevelt en 2008 (© : US NAVY)

Rafale Marine sur l'USS Theodore Roosevelt en 2008 (© : US NAVY)

 

« Maintenir les compétences du groupe aérien embarqué »

« Cette campagne aux Etats-Unis contribue au maintien des compétences du groupe aérien embarqué dans la perspective de la remontée en puissance du Charles de Gaulle. Même si celui-ci est encore en travaux, le GAE doit en effet continuer d’entretenir son

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française