Défense

Actualité

L’USS Guardian sera bien démantelé

Défense

La marine américaine a confirmé le 1er février que le chasseur de mines USS Guardian, échoué depuis le 17 janvier sur le récif de Tubbataha, aux Philippines, serait démantelé sur place. « Les experts en sauvetage et architecture navale ont estimé que les tentatives pour extraire le Guardian, par exemple en le remorquant ou en le soulevant, causeraient plus de dégâts au récif ainsi qu’à la coque du bâtiment, et aboutirait très probablement à ce qu’il se disloque et coule », explique l’US Navy. Pour faire sortir l’USS Guardian de ce mauvais pas, il avait été imaginé de le soulever au moyen de deux grues flottantes. Mais cette option a été abandonnée en raison de l’état de la coque, percée à plusieurs endroits et fragilisée par les assauts de la mer et les frottements sur la roche. A force d’être frappé par les vagues, le côté bâbord du chasseur de mines a même vu son revêtement en matériaux composites arraché, laissant apparaitre la coque en bois. Les images aériennes montrent par ailleurs les dommages provoqués par les mouvements de l’épave sur le récif corallien.  

 

 

L'USS Guardian échoué sur le récif de Tubbataha (© : US NAVY)

 

L'USS Guardian échoué sur le récif de Tubbataha (© : US NAVY)

 

Le Vos Apollo près de l'USS Guardian, échoué sur le récif de Tubbataha (© : US NAVY)

 

 

« Le Guardian est gravement endommagé et avec les contraintes d’intégrité de la coque, le poids du bâtiment et sa position sur le récif, un démantèlement en sections est la seule option possible. Nous disposons d’une équipe de professionnels expérimentés pour mener à bien cette opération complexe et s’assurer qu’elle sera conduite sans risque, en minimisant les dégâts sur l’environnement marin alentour », souligne le capitaine Darryn James, porte-parole de la 7ème flotte américaine, à laquelle appartient le bâtiment.

 

 

Les travaux prendront plus d’un mois

 

 

Celui-ci a été vidé de son carburant fin janvier et les eaux usées ont aussi été extraites. Des équipes ont également été envoyées à bord afin de commencer à évacuer le matériel en prévision du démantèlement. Des moyens de sauvetage importants demeurent à proximité de l’épave, dont le destroyer USS Mustin, le navire hydrographique USNS Bowditch, le bâtiment de renflouement USNS Salvor, le remorqueur philippin  Trabajador et le remorqueur malaisien Vos Apollo. L’US Navy, qui attend l’arrivée sur zone d’une première grue flottante en provenance de Singapour, estime que la déconstruction de l’USS Guardian pourrait prendre plus d’un mois. Le plan de sauvetage a été transmis aux garde-côtes philippins. Il comprend le maintien de l’emploi des grues flottantes, initialement affrétées pour soulever la coque à une période où la marine pensait que le bâtiment pourrait être sauvé. Elles serviront en fait à récupérer les tronçons de coque découpés afin de les évacuer progressivement.

 

 

L'USS Guardian échoué sur le récif de Tubbataha (© : US NAVY)

 

L'USS Guardian échoué sur le récif de Tubbataha (© : US NAVY)

 

 

Cette affaire demeure très sensible pour les Etats-Unis car l’USS Guardian s’est échoué dans une zone naturelle protégée et classée à l’inventaire de l’UNESCO, qui précise que les écosystèmes du récif abritent plus de 350 espèces de coraux et près de 500 espèces de poissons. Alors que le chasseur de mines transitait dans une zone interdite, la marine américaine évoque une possible défaillance des systèmes de navigation pour expliquer sa présence dans le secteur.

Mis en service en 1989, l’USS Guardian est l’un des 14 chasseurs de mines du type Avenger. Long de 68 mètres et présentant un déplacement de 1145 lège (1333 tonnes à pleine charge), ce bâtiment était basé à Sasebo, au Japon.

US Navy / USCG