Construction Navale
Maersk : Un plan de relance pour les chantiers danois de Lindø

Actualité

Maersk : Un plan de relance pour les chantiers danois de Lindø

Construction Navale

Un chantier plus spécialisé et une ouverture vers de nouveaux marchés en utilisant les infrastructures de Lindø. Ce sont les principales mesures présentées cette semaine par la direction d'Odense Steel Shipyard. Le chantier danois, propriété du groupe A.P. Moller - Maersk, joue actuellement sa survie, alors que la construction navale subit de plein fouet la crise internationale. La crise n'a fait, toutefois, qu'aggraver une situation déjà délicate. Ainsi, dès juin dernier, la direction, mettant en avant une situation financière mauvaise et une concurrence de plus en plus pressante au niveau international, avait annoncé la suppression de 250 emplois, soit près de 10% des effectifs d'alors (2900 employés). Après plusieurs mois d'incertitude, le management a affirmé que l'activité de construction navale se poursuivrait à Lindø mais qu'un nouveau modèle économique était nécessaire. L'entreprise va être scindée en trois parties : Une branche construction navale, une branche industrielle et une branche pour le partage des infrastructures. A l'avenir, le chantier se concentrera sur la réalisation de navires plus petits incluant, potentiellement, des unités pour l'offshore. En parallèle, des sociétés externes sont invitées à utiliser les facilités du site pour la production métallique lourde. Les infrastructures partagées, comme la maintenance et les ateliers, pourront être utilisées conjointement par le chantier et les sociétés extérieures. Un certain nombre d'entreprises ont déjà manifesté leur intérêt pour ces nouvelles possibilités, explique-t-on chez d'Odense Steel Shipyard. « Le Conseil d'administration a présenté un nouveau business model qui signifie que nous continuerons à avoir un chantier à Lindø, mais avec la réorganisation d'une partie de la production avec une utilisation alternative de la force de travail, ainsi que des outils et machines », précise Lars-Erik Brenøe. Pour le Président du chantier : « Notre souhait est de garder un chantier et d'autres productions à Lindø. Pour cela, nous avons étudié un nouveau modèle d'affaires qui est créateur d'idées, mais aussi réaliste et nécessaire ».

A.P. Møller - Mærsk