Défense
Maintenance : Le Latouche-Tréville de nouveau opérationnel

Actualité

Maintenance : Le Latouche-Tréville de nouveau opérationnel

Défense

Réalisé à Brest, l'arrêt technique majeur de la frégate anti-sous-marine Latouche-Tréville a été rondement mené. DCNS, en charge du chantier, a, en effet, remis le bâtiment à la Marine nationale avec 10 jours d'avance par rapport au calendrier initial. Après une série d'essais en mer, l'ATM de la frégate s'est achevé la semaine dernière, après 20 semaines de travaux. C'est le 21 janvier dernier que le Latouche-Tréville est entré au bassin 3 pour être mis en cale sèche. De nombreux équipements ont été démontés et visités en ateliers, comme le sonar remorqué DUBV-43. Le bâtiment a également, au cours de cet entretien majeur, reçu le nouveau système de liaison par satellite Syracuse III, qui remplace le Syracuse II et se distingue par des radômes plus importants. Outre la centaine de personnels de DCNS et de ses sous-traitants, l'équipage de la frégate a, bien entendu, été partie prenante dans l'arrêt technique. D'ailleurs, il n'est sans doute pas étranger au bon déroulement des opérations et au retour en flotte plus rapide que prévu du bâtiment. Même après trois mois de mission au large de Liban, le Latouche-Tréville, sur lequel nous avions embarqué en novembre dernier dans le cadre d'un reportage sur la TF 448, était, en effet, dans un état remarquable à son retour à Brest. Le résultat, visible, d'un travail d'entretien quotidien.

Le Latouche-Tréville en cale sèche (© DCNS - H. SIMON)
Le Latouche-Tréville en cale sèche (© DCNS - H. SIMON)

Le Latouche-Tréville en cale sèche (© DCNS - H. SIMON)
Le Latouche-Tréville en cale sèche (© DCNS - H. SIMON)

Le sonar remorqué DUBV-43 (© DROITS RESERVES)
Le sonar remorqué DUBV-43 (© DROITS RESERVES)

Dernier de la série des 7 frégates de la classe Georges Leygues (type F70 ASM), le Latouche-Tréville, construit à Brest par DCNS, a été admis au service actif en juillet 1990. Ce bâtiment de 139 mètres de long et 4900 tonnes de déplacement (à pleine charge) est armé par 240 marins. Spécialisé dans la chasse aux sous-marins, il dispose d'un sonar de coque, ainsi que d'un sonar et une antenne remorqués. La frégate embarque les nouvelles torpilles légères MU90, un hélicoptère Lynx, 4 à 8 missiles antinavire Exocet MM40, un système surface-air à courte portée Crotale et deux systèmes Simbad (missiles Mistral). L'artillerie comprend une tourelle de 100 mm, deux canons de 20 mm et des mitrailleuses de 12.7 mm. Comme les quatre autres frégates ASM présentes à Brest (hors Georges Leygues), la mission principale du Latouche-Tréville est la protection des sous-marins nucléaires lanceurs d'engins basés à l'Ile Longue. Les « FASM » couvrent les SNLE lors des transits sur le plateau continental, au moment des départs ou des retours de patrouille.
________________________________________

VOIR NOS REPORTAGES :

- Une chasse au sous-marin sur la frégate Latouche-Tréville

- Avec les forces navales de l'ONU au Liban


Le Latouche-Tréville lors de sa mission au Liban (© MER ET MARINE - ERIC HOURI)
Le Latouche-Tréville lors de sa mission au Liban (© MER ET MARINE - ERIC HOURI)

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française