Défense
Malaisie : Le Tunku Abdul Rahman navigue et plonge normalement

Actualité

Malaisie : Le Tunku Abdul Rahman navigue et plonge normalement

Défense

Du type Scorpène, le sous-marin Tunku Abdul Rahman vient d'effectuer une série de sorties à la mer après sa première période d'entretien réalisée en Malaisie. Ces sorties ont permis de vérifier son aptitude à naviguer en plongée, annonce DCNS. Alors que, ces dernières semaines, quelques problèmes techniques (mineurs) avaient été évoqués par les autorités malaisiennes, le Tunku Abdul Rahman a repris avec succès son entrainement après un arrêt technique programmé. Le groupe naval français, qui a réalisé le bâtiment à Cherbourg, précise que le sous-marin a effectué plusieurs immersions de profondeur au large des côtes malaisiennes. « Avec ces navigations, la Marine Royale Malaisienne a démontré sa capacité à constituer sa première force sous-marine », explique Pierre Quinchon. Pour le directeur de la division sous-marin de DCNS : « Grâce aux liens qui nous unissent avec la Malaisie, DCNS est fier d'avoir contribué à la réussite de ce programme ».
Notifié en 2002, le programme Scorpène Malaisie était d'autant plus ambitieux que le pays n'avait jamais disposé, jusqu'ici, de sous-marins. En plus des deux bâtiments commandés à DCNS et Navantia, le groupe français a mis en place tout un programme de formation des équipages malaisiens. Ces derniers ont été formés à Brest, d'abord sur simulateur, puis sur l'ancien Ouessant de la Marine nationale, réarmé pour l'occasion par Navfco (DCI).
Parti en juillet 2009 de Toulon, le Tunku Abdul Rahman sera rejoint au printemps par son sistership, le Tun Razak. Les deux bâtiments, d'une longueur de 67.5 mètre et d'un déplacement de 2000 tonnes en plongée, sont conduits par un équipage réduit de 31 hommes et dispose d'une autonomie de 45 jours. Dotés de six tubes lance-torpilles de 533mm, ils peuvent mettre en oeuvre 18 armes. « Ces sous-marins bénéficient des innovations développées ces dernières années sur d'autres programmes et rassemblent les technologies les plus avancées, notamment dans les domaines de l'hydrodynamisme, de la discrétion acoustique et de l'automatisation », affirme DCNS. Pour l'heure, le Scorpène a été vendu à 14 exemplaires, soit 2 pour le Chili, 2 pour la Malaisie, 6 pour l'Inde et 4 pour le Brésil.

Naval Group (ex-DCNS)