Construction Navale
MAN diversifie les types de combustibles pour ses moteurs

Actualité

MAN diversifie les types de combustibles pour ses moteurs

Construction Navale

C’est un des géants incontournables de la propulsion marine. MAN Diesel&Turbo, filiale du groupe allemand MAN Engines, est un des leaders mondiaux des moteurs lents et semi-rapides : plus de 50% de la propulsion de navire mondiale sort des usines du groupe, représentant un volume de vente de 3.273 milliards d’euros pour l’an passé. Outre la production de ses usines européennes, dont les installations de Saint-Nazaire en France, le groupe est fortement implanté en Asie, à proximité des chantiers navals réalisant les géants des mers : en Corée, mais également en Chine où plus d’une vingtaine d’usines ont obtenu la licence du groupe.

Mais le groupe ne fait pas que des moteurs cathédrales et de la propulsion diesel traditionnelle. Depuis plusieurs années, la recherche et le développement interne travaille sur l’évolution des moteurs vers l’optimisation de la consommation et l’utilisation des nouveaux combustibles.

Des moteurs dual fuel au GNL

Ainsi le groupe vient-il de faire entrer en phase pré-industrielle un moteur quatre temps dual-fuel, fonctionnant à la fois au diesel et au gaz naturel liquéfié. Le nouveau moteur L35/44 DF a ainsi subi la plus longue période de tests d’approbation de l’histoire du groupe allemand. Dix sociétés de classifications ont assisté à ces tests au siège d’Augsburg. Une nouvelle série d’essais se tient actuellement dans l’usine de Frederikshavn, au Danemark, afin de permettre la mise en production de cette toute nouvelle gamme.

Un nouveau concept d’injection pour les machines au méthanol

Le groupe a, par ailleurs, récemment remis au goût du jour le concept ME-LGI (méthanol - liquid gas injection), qu’il avait commencé à développer il y a quelques années. Les moteurs fonctionnent au méthanol, un combustible qui ne dégage pas de soufre et qui est liquide dans l’air ambiant, facilitant ainsi son stockage. La technologie LGI, développé par MAN, permet d’utiliser des carburants à point éclair bas, dont les capacités d’auto-allumage sont très réduites, comme le méthanol. Dans le système LGI, l’injection (de MDO ou HFO) est effectué par une valve « fuel booster » à 300 bar, permettant d’augmenter la pression du fuel à 600 bar. Ces nouveaux types de moteurs ont déjà conquis les armateurs puisque 7 d’entre eux ont été commandés par Mitsui OSK Lines, Marinvest et Westfal Larsen. Le premier d’entre eux va être construit chez Mitsui Engineering&Shipbuilding.

Propulsion - Motorisation de navires | Actualités du secteur