Défense
Manœuvres franco-britanniques en Corse

Actualité

Manœuvres franco-britanniques en Corse

Défense

Après trois jours d’escale, le porte-hélicoptères britannique HMS Ocean a appareillé hier de Toulon pour se positionner au large de l’île de Beauté. En compagnie du transport de chalands de débarquement HMS Bulwark et du bâtiment de projection et de commandement français Dixmude, le navire amiral de la Royal Navy va participer à l’exercice Corsican Lion. Ces manœuvres franco-britanniques sont organisées dans le cadre de la constitution d’une Combined Joint Expeditionary Force (CEJF).

 

Le HMS Ocean quittant Toulon (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le HMS Ocean quittant Toulon (© : MER ET MARINE - JEAN-LOUIS VENNE)

Le HMS Bulwark et un BPC français (© : ROYAL NAVY)

Le HMS Bulwark et un BPC français (© : ROYAL NAVY)

 

Montée en puissance du concept de corps expéditionnaire binational

Ce concept de corps expéditionnaire franco-britannique a vu le jour dans le cadre des accords de défense de Lancaster House, signés à Londres en novembre 2010. Depuis, les forces armées françaises et britanniques ont renforcé leur coopération et s’entrainent régulièrement afin de permettre la montée en puissance progressive du CEJF et, dans le futur, pouvoir mener de manière totalement intégrée des opérations militaires à l’étranger.

 

Exercice Corsican Lion en 2012 (© : MARINE NATIONALE)

Exercice Corsican Lion en 2012 (© : MARINE NATIONALE)

 

Comme c’est le cas pour les forces aériennes et terrestres, les marines des deux pays ont déjà mené de nombreux échanges et participé à des exercices aéromaritimes ou interarmées de plus ou moins grande ampleur. Le dernier en date, Griffin Rise, remonte au mois de juin, lorsqu’une trentaine d’officiers de la Force aéromaritime française de réaction rapide (FRMARFOR) ont intégré un état-major britannique à bord du HMS Ocean, qui évoluait en mer Baltique. Après cet entrainement de commandement relativement « théorique », Corsican Lion sera l’occasion de réaliser des manœuvres conjointes avec différentes unités et d’importants moyens.

 

Chaland de débarquement britannique (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Chaland de débarquement britannique (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

(© : ROYAL NAVY)

(© : ROYAL NAVY)

 

Une vingtaine d’hélicoptères et des Royal Marines à débarquer

Alors que le Dixmude embarque une dizaine d’hélicoptères de combat et de manœuvre de l’aviation légère de l’armée de Terre (ALAT), le HMS Ocean compte à son bord 12 appareils, dont des Apache, Merlin, Wildcat et Chinook. Le HMS Bulwark va, quant à lui, pouvoir

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française Royal Navy | Actualité des forces navales britanniques