Défense

Actualité

Manœuvres italo-israéliennes en Méditerranée orientale

Défense

Lors de son déploiement en Méditerranée orientale, le groupe aéronaval italien a pu réaliser des exercices avec la marine israélienne. L’occasion de découvrir la marine de Tsahal, généralement très discrète, et plus particulièrement les patrouilleurs lance-missiles du type Saar IV/V (classe Hetz). Deux de ces bâtiments, les Romat et Herev, ont en effet manœuvré avec le porte-aéronefs Cavour et son groupe aérien, constitué notamment d’avions AV-8B Harrier, ainsi que la frégate Caio Duilio.

 

 

Patrouilleur du type Saar IV/V avec le Caioi Duilio (© MARINA MILITARE)

 

Les patrouilleurs Romat et Heref (© MARINA MILITARE)

 

 

Faisant partie d’une série de huit unités, ces patrouilleurs, construits à Haïfa, sont entrés en service en 1981 et 2002. Il s’agit d’une version améliorée des Reshef (Saar IV), réalisés à partir des années 70 et dont deux des exemplaires les plus récents, les Romat (1981) et Keshet (1982), ont d’ailleurs été refondus, les six autres - Hetz (1990), Kidon (1993), Tarshish (1995), Yaffo (1998), Heref (2002) et Sufa (2002) - étant construits dès l’origine au standard Saar IV/V.

 

 

Patrouilleur du type Saar IV/V (© MARINA MILITARE)

 

Patrouilleur du type Saar IV/V  (© MARINA MILITARE)

 

 

Ces patrouilleurs se distinguent par leurs lignes très particulières et la puissance de leur armement. Longs de 61.7 mètres pour une largeur de 7.6 mètres et un déplacement de 490 tonnes en charge, les Hetz peuvent atteindre la vitesse de 32 nœuds. Ces patrouilleurs, armés par un équipage de 50 hommes, peuvent mettre en œuvre 8 missiles antinavire Harpoon, un système surface-air courte portée Barak (32 missiles), une tourelle de 76mm, deux canons de 25mm, un système multitubes Phalanx, des mitrailleuses et six tubes lance-torpilles. Leurs équipements électroniques comprennent un radar de veille Neptune, deux conduites de tir et 6 lance-leurres, ainsi qu’un détecteur de radars et un brouilleur. Il est également possible d’installer à bord un petit sonar remorqué pour la lutte anti-sous-marine. Ces bâtiments disposent en outre d’embarcations rapides pour les opérations spéciales.

Plus anciens, les Romat et Keshet doivent être remplacés par de nouvelles corvettes lance-missiles ou, à défaut, de grands patrouilleurs hauturiers.  

 

 

Sous-marin du type Dolphin (© DROITS RESERVES)

 

 

Pour mémoire, la flotte israélienne, qui comptait en 2011, selon les informations de Flottes de Combat, quelques 9500 hommes, dont 300 commandos nageurs de combat, ainsi que 5000 réservistes, aligne 55 bâtiments de combat, totalisant un peu plus de 15.000 tonnes. Figurent notamment, dans l’ordre de bataille, trois sous-marins du type Dolphin (auxquels doivent s’ajouter d’ici 2015 trois Dolphin II construits en Allemagne), ainsi que trois corvettes lance-missiles de 85.6 mètres et 1275 tonnes du type Saar V.

 

 

Corvette du type Saar V (© DROITS RESERVES)