Energies Marines
Marc Lafosse : « 2019 : année 1 de l’Europe des Energies Marines ! »

Tribune

Marc Lafosse : « 2019 : année 1 de l’Europe des Energies Marines ! »

Energies Marines

Il y a quelques semaines, neuf consortiums déposaient leur candidature pour le projet éolien en mer de Dunkerque, qui prévoit l’installation d’un parc de 500 MW à horizon 2022. Un projet qui secoue le monde des énergies marines en France, puisque pour la première fois, les consortiums candidats, tous issus d’alliances européennes, proposeront une électricité au prix du marché.

Au-delà de l’appel d’offres de Dunkerque, c’est donc toute une filière qui sort fortifiée de cette avancée, et qui peut enfin clamer : Oui, il existe bien un marché des énergies marines ! Oui, la France, comme ses voisins d’Europe du Nord, est désormais compétitive sur ce marché ! Oui, de ces projets vont naître nos futurs champions européens de la transition énergétique !

L’éolien offshore, nouveau visage d’un modèle industriel européen gagnant ?

Soyons clairs. Les énergies en mer, c’est aujourd’hui avant tout l’éolien offshore, qui, avec déjà 25 ans d’expérience, et près de 18,5 GW (1) de puissance installée sur plus de 100 parcs en Europe, fait la course en tête.

Et la France n’est pas en reste. Car même si concrètement, aucun parc n’a encore vu le jour, les projets ne manquent pas. Avec deux premiers appels d’offres en 2012 et 2014, et un troisième qui sera attribué cette année, après un process inédit de dialogue compétitif de plusieurs mois, nous devrions ancrer une dizaine de parcs sur les façades maritimes de France métropolitaine dans les prochaines années, si l’on en croit les