Défense
Marine : Crash de deux Super Etendard en baie de Lannion

Actualité

Marine : Crash de deux Super Etendard en baie de Lannion

Défense

Deux avions d'assaut de l'aéronautique navale se sont percutés, hier, alors qu'ils survolaient la baie de Lannion. Les deux Super Etendard Modernisés, appartenant à la flottille 11F de Landivisiau (Finistère), se sont abîmés en mer vers 17H10, à environ 27 km au nord de Morlaix. D'importants moyens aériens et nautiques ont été immédiatement déployés pour rechercher les deux pilotes. La Marine nationale faisait savoir, en fin de journée, que l'un d'eux avait pu s'éjecter et qu'il avait été récupéré, « apparemment en bonne santé ». L'officier, qui se trouvait dans le canot de sauvetage gonflé lors de la séparation du pilote et du siège après son éjection, a été pris en charge par un hélicoptère Dauphin. Cette nuit, les recherches se poursuivaient pour retrouver le pilote du second avion, dont le canot de survie a été découvert vide.
Coordonnés par le CROSS Corsen, les moyens déployés comprenaient quatre vedettes de la SNSM, une vedette de la Gendarmerie maritime, deux hélicoptères de la Sécurité Civile et un hélicoptère Lynx qui a relevé le Dauphin de la marine. Le dispositif était complété par un avion de patrouille maritime Falcon 50. De plus, en début de soirée, le chasseur de mines Lyre a appareillé de Brest. Arrivé en fin de minuit, il est en charge, de localiser les épaves, qui reposeraient par une soixantaine de mètres de fond. Toutefois, compte tenu des conditions de mer difficiles (mer forte, creux compris entre 2 et 4 mètres, rafales de vent qui atteignent environ 55 km/heure), il ne peut mettre en oeuvre l'ensemble de ses moyens de recherches, indiquait ce matin la Marine nationale.

SEM sur le Charles de Gaulle (© : MER ET MARINE - GILDAS LE CUNFF)
SEM sur le Charles de Gaulle (© : MER ET MARINE - GILDAS LE CUNFF)

L'enquête technique aéronautique est confiée au Bureau Enquête Accident Défense-air (BEAD-air) de Brétigny sur Orge.
L'aéronautique navale dispose, en ligne, d'une trentaine de SEM. Ces appareils, embarqués sur le porte-avions Charles de Gaulle, assurent des missions d'assaut, de reconnaissance tactique terrestre ou maritime et participent à la mission de dissuasion nucléaire de la France grâce à leur capacité d'emport du missile ASMP-A. Pendant le grand carénage du Charles de Gaulle, trois de ces appareils ont, par ailleurs, été déployés cet été à Kandahar, où ils ont participé, en collaboration avec les Mirage 2000 de l'armée de l'Air, au soutien aérien des troupes engagées en Afghanistan.
En mars dernier, un SEM s'était déjà écrasé, cette fois en Méditerranée. L'appareil, qui participait avec un autre Super Etendard à une mission d'entrainement, avait décollé de la base de Nîmes Garons avant de s'abîmer en mer, à 2 nautiques de Cavalaire, dans le Var. Son ailier avait aussitôt donné l'alerte et guidé l'hélicoptère Super Frelon dépêché depuis Hyères pour porter secours au pilote, qui était parvenu à s'éjecter. Ce dernier s'en était sorti sain et sauf.

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française Aéronautique navale | Toute l'actualité des aéronefs et flottilles de la marine