Disp POPIN non abonne!
Défense

Actualité

Marine italienne : Livraison d'un premier F-35B

Défense

Le 25 janvier, le ministère italien de la défense a officiellement pris livraison du premier avion à décollage court et appontage vertical F-35B destiné à la Marina militare. Trente de ces appareils doivent remplacer les vieux Harrier pouvant être mis en œuvre sur le porte-aéronefs Cavour. Pour mémoire, l’aéronautique navale italienne a réceptionné, entre 1994 et 1997, 14 AV-8B et dispose également de 2 biplaces TAV-8B livrés en 1991. Tous sont basés Grottaglie, près de Tarente.

 

AV-8B italiens, ici sur le porte-aéronefs Garibaldi (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

AV-8B italiens, ici sur le porte-aéronefs Garibaldi (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU) 

 

Participant au programme JSF dans le cadre du renouvellement de son aviation embarquée mais aussi de ses forces aériennes, l’Italie dispose d’une chaîne d’assemblage final à Cameri. Située dans le Piémont, cette usine créée par Leonardo, en partenariat avec Lockheed Martin, emploie 800 personnes. Elle comprend en dehors de la chaine d’assemblage une unité de fabrication d’ailes.

Il s’agit de la seule usine de production de F-35B située en dehors des Etats-Unis, où Lockheed-Martin réalise notamment les appareils STOVL (short take-off / vertical landing) destinés à l’US Marine Corps ainsi que ceux qui embarqueront sur les futurs porte-avions britanniques.

Cameri assure également l’assemblage de la version classique de l’avion, le F-35A. Le premier destiné à l’armée de l’air italienne (60 prévus) en est sorti en septembre 2015 et après un passage aux Etats-Unis a rejoint en décembre 2016 la base aérienne d’Amendola. L’usine italienne, qui doit également produire 29 F-35A pour les forces aériennes néerlandaises, a achevé à ce jour 9 F-35A, auxquels s’ajoute désormais le premier des 30 F-35B que doit recevoir la Marina militare.

Après quelques essais en vol depuis Cameri, un pilote va convoyer l’appareil jusqu’aux Etats-Unis, où il passera différents tests et certifications (notamment dans le domaine électromagnétique) depuis la base aéronavale américaine de Patuxent River, dans le Maryland.

 

Le Cavour et le Garibaldi (© : MARINA MILITARE)

Le Cavour et le Garibaldi (© : MARINA MILITARE) 

 

La marine italienne attend beaucoup de ce nouvel avion, qui doit lui offrir pour la première fois de solides capacités de projection aéronavale, l’emploi du Harrier sur le Garibaldi puis le Cavour étant très limité. Conçu spécifiquement pour mettre en œuvre le F-35B, le nouveau porte-aéronefs italien, livré en 2009 par Fincantieri, peut embarquer 24 avions et hélicoptères lourds. Long de 244 mètres pour une largeur de 40 mètres, le Cavour affiche un déplacement en charge de 28.000 tonnes. Il dispose d’un pont d’envol de 220 mètres de long avec une piste axiale s’achevant par un tremplin incliné à 12 degrés. Deux ascenseurs d’une capacité de 30 tonnes desservent un hangar de 134x21 mètres, capable d’abriter une quinzaine d’appareils.

 

 

Sans évidemment équivaloir la puissance de porte-avions classiques comme ceux de ses homologues américaine et française, la marine italienne disposera, avec le couple Cavour/F-35B, d’une capacité d’action nouvelle contre des objectifs terrestres, tout en améliorant la défense aérienne de sa flotte. Cela lui permettra si elle le souhaite de jouer un rôle plus important dans certaines opérations internationales et de confier enfin au Cavour des missions à la mesure de ce bateau. Depuis bientôt 10 ans, celui-ci n’a en effet réalisé que quelques déploiements symboliques et, le reste du temps, a été engagé dans une opération humanitaire (transport de fret suite au séisme à Haïti en 2010) et surtout dans la lutte contre l’immigration clandestine en Méditerranée centrale, servant d’unité de commandement et de plateforme de recueil des migrants.

 

Le Cavour partant en mission humanitaire à Haïti en 2010 (© : MARINA MILITARE)

Le Cavour partant en mission humanitaire à Haïti en 2010 (© : MARINA MILITARE) 

marine italienne