Défense
Marine nationale : 17 Dauphin et H160 prévus pour la flotte intérimaire d’hélicoptères
ABONNÉS

Actualité

Marine nationale : 17 Dauphin et H160 prévus pour la flotte intérimaire d’hélicoptères

Défense

Afin d’effectuer la soudure entre la fin de vie des Alouette III et l’arrivée des futurs Guépard (HIL), mais aussi permettre de concentrer ses Caïman sur les missions embarquées, la Marine nationale va louer une flotte intérimaire d’hélicoptères. Si tout se déroule comme prévu, le contrat devrait être notifié d’ici la fin de l’année à un prestataire privé, qui fournira les machines armées par des équipages de l’aéronautique navale. La cible visée est de 12 appareils de type Dauphin N3 et 5 des tout nouveaux H160 d’Airbus, modèle qui va servir de base au développement du futur Hélicoptère Interarmées Léger (HIL).

Soulager les Caïman des missions SAR et CTM

Comme l’a précisé récemment au Télégramme l’amiral Lozier, préfet maritime et commandant de l’arrondissement maritime Atlantique, les H160 auront notamment vocation à remplacer les Caïman Marine (NH90) affectés aux missions de sauvetage en mer. Mais ils se substitueront également à ces machines dans le cadre de la permanence de moyens nécessaires au déclenchement d’une opération de contreterrorisme maritime. Cette alternative pour les missions SAR et CTM verra trois des H160 basés à Lanvéoc-Poulmic, les deux autres allant être probablement positionnés à Cherbourg et Toulon. Les Caïman ainsi soulagés viendront renforcer les moyens disponibles pour embarquer sur les frégates de la Marine nationale, à commencer par les FREMM, sur lesquelles ils ont un rôle déterminant notamment en matière de lutte anti-sous-marine. Ces hélicoptères sont pour mémoire également embarqués sur les frégates de défense aérienne du type Horizon, à bord du porte-avions Charles de Gaulle et le seront à l’avenir sur les futures frégates de défense et d’intervention (FDI) et bâtiments ravitailleurs de forces (BRF), dont les premiers exemplaires seront livrés en 2023.  

Les besoins en NH90 vont donc être importants avec l’arrivée des trois dernières FREMM, puis des cinq FDI et des quatre BRF. D’ici la fin de ces programmes, en 2029, le parc de Caïman sera au complet, avec au moins 27 hélicoptères, dont 22 livrés à ce jour. Or, si les cinq derniers le seront d’ici 2021, le retrofit des premières machines entrées en service à un standard provisoire plombe actuellement et pour plusieurs années encore la disponibilité globale du parc de Caïman. D’où aussi l’intérêt d’employer des H160 sur les missions SAR et CTM afin de dégager du potentiel supplémentaire.

Premiers retours d’expérience au profit du futur Guépard Marine

Une décision qui va par ailleurs présenter l’avantage de familiariser très vite les marins avec le nouvel hélicoptère d’Airbus et, logiquement, permettre de profiter de ce premier retour d’expérience pour le développement du HIL Marine. L’arrivée dans les flottilles de la version navale du Guépard n’est aujourd’hui pas prévue avant 2028, l’armée de Terre devant être la première à réceptionner ce nouvel appareil à partir de 2026 afin de mettre en retraite ses antiques Gazelle.

 

Vue du futur Guépard (@ AIRBUS HELICOPTERS)

Vue du futur Guépard (@ AIRBUS HELICOPTERS)

 

Pour mémoire, la France prévoit de commander un total de 169 HIL, soit 80 pour l’armée de Terre, 49 pour la Marine nationale et 40 pour l’armée de l’Air. Toutes les plateformes auront une base commune avec des spécificités plus ou moins prononcées selon les modèles. La version destinée à l’aéronautique navale sera par exemple adaptée à l’embarquement sur les bâtiments de la marine (structure et train renforcés, harpon), disposera de senseurs optimisés pour un emploi maritime et sera apte à la mise en œuvre du futur missile antinavire léger (ANL) développé conjointement avec les britanniques.

Les Dauphin N3 vont vite remplacer les dernières Alouette III

Les Guépard Marine succèderont aux Alouette III, puis aux Dauphin Pedro et SP, et enfin aux Panther. L’urgence est de renouveler les premières, celles de la série 319, dont une quinzaine est encore en parc. Puisqu’il n’est pas possible d’attendre 2028, c’est l’objectif de la location des 12 Dauphin N3 de la future flotte intérimaire. La marine souhaite procéder au remplacement le plus vite possible, à partir de 2020, alors que les H160 sont attendus entre 2021 et 2023.

 

Marine nationale