Défense
Marine nationale : 58 navires à la mer au mois d'avril !

Actualité

Marine nationale : 58 navires à la mer au mois d'avril !

Défense

A Toulon, notamment, il n'y a pas foule sur les quais actuellement. La flotte française connaît depuis un moment une activité record, liée notamment à la démultiplication des missions et à l'augmentation des besoins maritimes. Ainsi, en avril, pas moins de 58 bâtiments de surface seront à la mer, la plupart du temps pour des missions de longue durée. Cela représente plus de la moitié des moyens de la Force d'Action Navale ! Une bonne partie des navires restant étant immobilisés pour des périodes d'entretien, on notera donc que les « réserves » de la marine ne sont guère importantes. Avec les réductions d'effectifs, la flotte fonctionne d'ailleurs à « flux tendus » dans la plupart des domaines. Malgré tout, les marins optimisent leurs moyens afin de répondre au fameux « contrat opérationnel », ce qui ne va pas, dans certains cas, sans un recentrage progressif sur la principale mission dévolue à la Marine nationale : La défense...

Le Charles de Gaulle (© : MARINE NATIONALE)
Le Charles de Gaulle (© : MARINE NATIONALE)

Le groupe aéronaval en Atlantique

Actuellement, la quasi-totalité des grands bâtiments français est à la mer. Faisant son retour sur la scène internationale après plus de deux ans d'absence (pour cause d'arrêt technique majeur puis d'avarie sur le système propulsif), le porte-avions Charles de Gaulle a gagné l'Atlantique. Accompagné des frégates Forbin, Cassard et Latouche-Tréville, ainsi que du bâtiment de commandement et de ravitaillement Marne, le navire participe à l'exercice OTAN Brillant Mariner, qui prépare l'attribution à la France du commandement de la composante navale de la Force de Réaction Rapide de l'OTAN (au 1er juillet pour 6 mois). Le bâtiment de projection et de commandement Mistral, qui a appareillé hier de Toulon, sera le navire amiral durant l'exercice, auquel se joindront également deux chasseurs de mines français.

Le Mistral et une FLF  (© : MARINE NATIONALE)
Le Mistral et une FLF (© : MARINE NATIONALE)

Les porte-hélicoptères sur deux océans

Son sistership, le BPC Tonnerre, est actuellement déployé avec la frégate Georges Leygues dans le cadre d'une mission opérationnelle en mer Rouge et océan Indien. A l'occasion de ce déploiement, plus de 120 officiers-élèves sont embarqués sur le BPC, effectuant la première édition de la nouvelle formule du stage d'application à la mer.
Pendant ce temps, le porte-hélicoptères Jeanne d'Arc et la frégate légère furtive Courbet, assurant la dernière campagne du Groupe Ecole d'Application des Officiers de Marine (GEAOM) sont en Amérique du nord.

Le Courbet (© : MARINE NATIONALE)
Le Courbet (© : MARINE NATIONALE)

Toutes les FLF opérationnelles en mission

On notera d'ailleurs que l'ensemble des FLF disponibles est actuellement occupé. Outre le Courbet, le La Fayette et le Guépratte ont gagné l'océan Indien, où ils sont engagés dans le cadre des opérations de lutte contre le terrorisme Enduring Freedom (TF 150) et de lutte contre la piraterie Atalante. Le Surcouf, engagé dans cette région ces derniers mois, est relevé par un de ses sisterships. Enfin, la dernière frégate de la série, l'Aconit, est actuellement en arrêt technique.

Le TCD Foudre (© : MARINE NATIONALE)
Le TCD Foudre (© : MARINE NATIONALE)

BCR, TCD et frégates sur le pont

Du côté des BCR, outre la Marne, la Somme sert de base mobile à l'amiral commandant les forces navales de l'océan Indien. Quant au Var, il termine son arrêt technique à Toulon, où la Meuse a également subi des réparations.
Concernant les transports de chalands de débarquement, la Foudre achève sa mission Corymbe au large de l'Afrique de l'ouest et est relevée par l'aviso Lieutenant de Vaisseau Le Hénaff. Le Siroco est, pour sa part, en arrêt technique.
En matière de frégates, on notera aussi l'absence de sa base du Chevalier Paul, qui réalise sa traversée de longue durée. Plusieurs autres frégates sont actuellement indisponibles, les De Grasse et Tourville, à Brest, effectuant de courtes missions en mer, notamment pour assurer la protection de la Force Océanique Stratégique. A Toulon, le Jean Bart prépare, quant à lui, son départ pour l'océan Indien.

Le Nivôse escorte un cargo au large de la Somalie (© : EMA)
Le Nivôse escorte un cargo au large de la Somalie (© : EMA)

Grosse activité outre-mer

Outre-mer, l'activité n'est pas moindre. Lutte contre la piraterie et les trafics illicites, police de pêches... Les bâtiments basés à La Réunion sont très sollicités. La frégate Nivôse, les patrouilleurs Albatros et Rieuse, ainsi que le bâtiment de transport léger La Grandière sont en mission ce mois-ci. En Nouvelle Calédonie, la frégate Vendémiaire et le Batral Jacques Cartier sont engagés dans les opérations d'aide humanitaire suite au passage du cyclone Tomas. Quant aux navires basés aux Antilles et en Polynésie, ils poursuivent leurs missions de surveillance et de lutte contre les trafics.

Les patrouilleurs basés à Cherbourg (© : MARINE NATIONALE)
Les patrouilleurs basés à Cherbourg (© : MARINE NATIONALE)

Du pain sur la planche en métropole

A ces quelques exemples, il faut ajouter les missions spécifiques réalisées par exemple par les bâtiments hydro-océanographiques ou les patrouilleurs, sans compter celles des unités encore disponibles dans les bases métropolitaines. Protection de la FOST, surveillance du trafic maritime, protection des approches, police des pêches, lutte contre le narcotrafic et l'immigration clandestine... De la Manche à la mer du Nord en passant par l'Atlantique et la Méditerranée, les avisos, patrouilleurs et chasseurs de mines opérationnels ne chôment pas. Il en est évidemment de même pour les sous-marins, avec notamment deux SNA en Atlantique, un en Méditerrané et la participation du Casabianca à Brillant Mariner. Quant aux SNLE, ils poursuivent toujours aussi discrètement leur mission de dissuasion nucléaire, qu'ils assurent de façon continue avec, au moins, un sous-marin en permanence à la mer.

SEM, Rafale et Hawkeye (© : MARINE NATIONALE)
SEM, Rafale et Hawkeye (© : MARINE NATIONALE)

L'aéronautique navale à plein régime

L'aéronautique navale n'est évidemment pas en reste. Le Charles de Gaulle est parti avec des détachements des flottilles de chasse embarquée (Rafale, Super Etendard Modernisés), ainsi que deux Hawkeye. Les flottilles d'hélicoptères sont aussi sur le pont à bord des bâtiments de surface. Deux avions de patrouille maritime Atlantique 2 sont, par ailleurs, déployés à Dakar et Djibouti, alors que les aéronefs dédiés à la surveillance et la « PATMAR » enchainent les vols le long du littoral métropolitain ou outre-mer. Enfin, on notera une grosse activité, ces temps-ci, des hélicoptères Dauphin SP et Super Frelon des Flottilles 32F et 35F, dédiées notamment au sauvetage en mer.

Marine nationale