Défense
Marine nationale : Brest va perdre deux avisos cette année
ABONNÉS

Actualité

Marine nationale : Brest va perdre deux avisos cette année

Défense

Déjà sérieusement amaigries depuis une bonne décennie, les forces navales basées à Brest vont encore perdre deux unités d’importance cette année. Et ce mouvement va se poursuivre.

Malgré le report à 2024/25 de la livraison des premiers patrouilleurs hauturiers métropolitains destinés à remplacer les anciens avisos, le retrait du service d’ici la fin 2018 des Lieutenant de Vaisseau Lavallée et Commandant L’Herminier est confirmée. Opérationnels depuis 1980 pour le premier et 1986 pour le second, ils sont à bout de souffle et ne peuvent être prolongés. Quant au vénérable Lieutenant de Vaisseau Le Hénaff, qui date lui aussi de 1980 et qui affichera en octobre prochain 38 années de service, son désarmement interviendra en 2020, confirme-t-on à l’état-major de la Marine nationale.

 

Le Commandant Blaison (

Le Commandant Blaison (©  MICHEL FLOCH)

 

Les derniers avisos vont devoir tenir

Il ne restera alors plus à Brest que deux avisos, les Premier-maître L’Her (1981) et Commandant Blaison (1982), les quatre derniers bâtiments de cette série étant quant à eux basés à Toulon. Il s’agit des Enseigne de Vaisseau Jacoubet (1982), Commandant Ducuing (1983), Commandant Birot (1984) et Commandant Bouan (1984). Tous devaient normalement être mis en retraite d’ici 2024. Toutefois, le projet de loi de programmation militaire table sur l’existence, fin 2025, de « 7 patrouilleurs d’ancienne génération » appelés à être remplacés par les nouveaux PHM dans les années qui suivront. Moins les trois patrouilleurs de service public du type Flamant, cela voudrait dire qu’en 2025, il resterait encore quatre avisos, tous âgés de plus de 40 ans. Si, évidemment, ils tiennent jusque-là, ce qui n’est pas gagné.  

 

La frégate La Motte-Picquet (

La frégate La Motte-Picquet (©  MICHEL FLOCH)
 

Les trois dernières frégates du type F70 sur la fin

Si Toulon concentre désormais le gros de la flotte française et ne devrait pas voir ses effectifs se réduire, si ce n’est à la marge et normalement temporairement, les quais déjà clairsemés de la base navale de Brest vont donc rapidement l’être encore plus. Surtout qu’en plus des avisos, va se poser le problème du désarmement des

Marine nationale | Toute l’actualité de la marine française