Défense
Marine nationale : Des recrutements en forte hausse

Focus

Marine nationale : Des recrutements en forte hausse

Défense

Comme les autres armées, la Marine nationale augmente significativement les postes à pourvoir cette année. Un volume de recrutement en hausse de 20%, soit 3500 jeunes au lieu des 3000 prévus. Et ce chiffre sera peut-être même dépassé. En cause, les conséquences des attentats de 2015, après lesquels l’Etat a décidé de renforcer les effectifs, afin notamment d’assurer la protection des sites sensibles et de la population. C’est ainsi que l’armée de Terre voit son recrutement passer de 10.000 à 15.000 militaires, alors que les effectifs supplémentaires alloués à la marine concernent en particulier des fusilier-marins.

Le nombre de candidatures a doublé

Au sein du ministère de la Défense, on constate une véritable dynamique, liée à l’impact des attaques terroristes sur le public, à la médiatisation des opérations extérieures et à la présence accrue des soldats dans les rues. Du coup, les jeunes se ré-intéressent massivement aux métiers militaires et l’offre des armées en matière d’emploi, portée par les campagnes de recrutement, porte beaucoup plus. Ainsi, la Marine nationale comptabilisait fin 2015 quelques 40.000 candidatures en ligne exprimées sur son site de recrutement, Etremarin.fr. C’est le double du flux enregistré l’année précédente.

Un regain d’intérêt également constaté partout dans le pays via les Centres d’Information et de Recrutement des Forces Armées (CIRFA), où les jeunes ont également été beaucoup plus nombreux à venir se renseigner en vue d’embrasser le métier de militaire. Là aussi, les demandes et orientations pour la marine ont vu un doublement du nombre de dossiers ouverts.

Un engouement qui bénéficie à toutes les spécialités 

Le « raz de marée patriotique », comme on l’appelle parfois, doit être partiellement relativisé, une partie des candidatures ne correspondant pas aux postes recherchés, par exemple en matière d’âge ou de profil. Mais, globalement, l’engouement est là et la hausse des candidats admissibles est très forte et soutenue, puisque la tendance perdure en ce début d’année 2016. Un phénomène très intéressant pour la Marine nationale car, au-delà des postes supplémentaires ouverts dans la force des fusiliers-marins et commandos, les flux ont augmenté pour tous les métiers. Une hausse générale des candidatures qui permet à l’ensemble du recrutement de gagner en qualité, y compris pour les spécialités traditionnellement sous tension, par exemple celles liées à énergie nucléaire ou encore à l’aéronautique navale.

De 16 à 29 ans, de la classe de troisième au bac +5, la Marine nationale recrute dans une cinquantaine de métiers. Un mouvement permanent puisque les besoins de renouvellement sont constants, y compris lorsque l’heure était à la réduction globale des effectifs au ministère de la Défense. Une politique de déflation dont l’impact sur le grand public a d’ailleurs pénalisé les campagnes de recrutement ces dernières années. Avec l’évolution du contexte sécuritaire et la hausse des besoins militaires, cette page s’est donc tournée et une impulsion nouvelle est clairement constatée.

PMM, Réserve, partenariat avec l'Education nationale

Bien entendu, la marine compte capitaliser sur cette situation pour amplifier la dynamique à tous les niveaux. Ainsi, en plus du recrutement traditionnel, de nombreuses initiatives sont menées, à l’image des préparations militaires marine (PPM) accessibles aux jeunes sur l’ensemble du territoire et que l’état-major veut encore mieux valoriser. Idem pour la Réserve, dont le ministre de la Défense souhaite le développement et qui constitue un vivier de compétences très intéressant pour l’armée. De même, alors que de nombreux partenariats sont noués avec des entreprises, les liens historiques de la Marine nationale avec l’Education nationale se renforcent afin de sensibiliser et préparer en amont les jeunes aux opportunités professionnelles offertes par la flotte. A ce jour, on compte plus de 220 classes partenaires dans 63 établissements en France. On y dispense notamment des bacs professionnels et BTS avec spécialité Marine, qui permettent de former les lycéens et étudiants à ces métiers. Cela passe par le contenu prélogique, des stages ou encore des formations en alternance. Complémentaire des Ecoles et centres de formation de la marine, ce partenariat avec l’Education nationale fonctionne très bien, non seulement au niveau de l’enseignement professionnel, mais aussi parce qu’il permet aux jeunes de mûrir les raisons de leur engagement militaire.