Défense
Marine nationale : La batellerie renouvelée avec des catamarans de débarquement

Actualité

Marine nationale : La batellerie renouvelée avec des catamarans de débarquement

Défense

Le ministère de la Défense a notifié, le 15 juin, un contrat portant sur la réalisation de 8 catamarans de débarquement de la famille L-CAT (Landing Catamaran). Ces engins, d'un nouveau genre, ont été conçus sur fonds propres par CNIM (Constructions Navales et Industrielles de la Méditerranée). Appelés Engins de débarquement amphibie rapides par la marine, les EDA-R pourront être embarqués à raison de deux exemplaires par Bâtiment de Projection et de Commandement (BPC). Le marché, d'un montant d'environ 125 millions d'euros, prévoit l'achat et le soutien de 8 engins. Une première commande ferme de 4 unités a été notifiée au titre du de relance de l'Economie, les 4 autres étant en option. Le premier EDA-R sera livré au premier semestre 2011.

Le L-CAT et le BPC Mistral (© JEAN-LOUIS VENNE)
Le L-CAT et le BPC Mistral (© JEAN-LOUIS VENNE)

8 EDA-R pour équiper 4 BPC

Les EDA-R serviront à mettre à terre troupes, véhicules et matériels à partir des bâtiments amphibies de la Marine nationale, ces derniers étant durant les manoeuvres positionnés au-delà de l'horizon (30 nautiques). D'une longueur de 30 mètres et d'une largeur de 12 mètres, ils offrent une capacité d'emport de 80 tonnes et ont une vitesse de 18 noeuds à pleine charge et de plus de 25 noeuds à vide. Une plateforme élévatrice permet, en mer, une navigation dans une configuration catamaran, ce qui offre une meilleure stabilité et une vitesse plus élevée que les traditionnels chalands de débarquement (CTM et CDIC). A l'approche des plages, la plateforme s'abaisse pour débarquer hommes et matériels. Chaque engin peut, notamment, transporter deux chars de bataille. La cible de 8 EDA-R correspond à l'équipement des quatre BPC prévus par le livre blanc sur la Défense. Deux ont déjà été livrés en 2006 et 2007 par DCNS. Le troisième, également commandé au titre du plan de relance, le sera par les chantiers STX de Saint-Nazaire en 2011. La quatrième unité de la série n'a pas encore été notifiée.

L-CAT avec plateforme abaissée (© JEAN-LOUIS VENNE)
L-CAT avec plateforme abaissée (© JEAN-LOUIS VENNE)

Assemblage aux ex-chantiers Gamelin de Saint-Malo

Les EDA-R seront réalisés sous maîtrise d'oeuvre CNIM et construits en partie par Socaremam. Ce dernier assemblera les navires sur son site de Saint-Malo (ex-chantiers Gamelin). La charge de travail générée sera de plus de 300.000 heures pour les 4 premiers engins. Pour CNIM, le marché EDA-R apporte 130.000 heures de travail dans le Var. Pour le chantier malouin, la construction des EDA-R représente 170.000 heures d'activité et permettra de consolider l'emploi des 25 employés actuels du site et de créer environ 25 postes supplémentaires. En outre, une trentaine d'employés de Socarenam à Boulogne viendront renforcer les équipes lors de l'armement des navires. Pour mémoire, le prototype du L-CAT, essais depuis octobre 2008 à Toulon, avait été réalisé par les chantiers Gamelin de La Rochelle. Outre la France, ce type d'engin, très innovant, intéresse également plusieurs marines étrangères, de nombreuses délégations ayant déjà suivi des démonstrations dans le Var. La commande passée pour la marine sera, sans nul doute, un sérieux atout pour CNIM dans ses démarches à l'export.

Marine nationale CNIM