Défense
Marine nationale : la Taape joue les prolongations

Actualité

Marine nationale : la Taape joue les prolongations

Défense

Ultime survivant des anciens bâtiments de soutien de région (BSR) de la Marine nationale, la Taape, qui a fêté en novembre dernier ses 37 ans de service, est toujours opérationnelle à Toulon, où elle a été cependant reclassée en chaland remorqueur d’ancrages (CRA). Et poursuit donc pour le moment son activité au profit de la base navale varoise, son numéro de coque étant passé de A 633 à Y 633. Pour mémoire, le A est attribué aux navires de soutien de la Marine nationale et le Y aux unités portuaires.

Dans cette fonction, le bâtiment a succédé l’an dernier à l’ex-BSR Chevreuil. Datant de 1977, ce dernier avait été dans un premier temps retiré du service en 2010 mais finalement, compte tenu de son bon état et des services qu’il pouvait rendre, la base navale de Toulon avait obtenu de pouvoir continuer à l’exploiter. Il avait alors perdu son nom et était devenu officiellement un CRA. Suite à un problème de propulsion, il a néanmoins fallu le mettre en retraite en 2019 et, pour les mêmes raisons que celles qui avaient présidé il y a 10 ans au maintien de l’ex-Chevreuil, la Taape l’a remplacé et continuera probablement à servir temps qu’elle sera en bon état.

Longue de 41 mètres pour une largeur de 7.5 mètres et un déplacement de 500 tonnes en charge, la Taape est armée par une dizaine de marins. Elle est équipée d'un portique d'une capacité de 30 tonnes et d'une grue de 10 tonnes à 2.6 mètres. Servant aux travaux et manutentions portuaires, elle est aussi dotée d'un canon à eau et peut déployer des barrages antipollution. 

Suivant les six BSR du type Elan, la Taape a été initialement financée par la DIRCEN pour les besoins du centre d'essais nucléaires du Pacifique. Basée en Polynésie dès sa livraison en 1984 par l'ancien chantier La Perrière de Lorient, elle a été transférée à Toulon en 1997. 

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française