Défense
Marine nationale : Le métier d'hydrographe

Actualité

Marine nationale : Le métier d'hydrographe

Défense

Depuis 1773, l'hydrographie fait partie intégrante de la Marine nationale. Cette mission, notamment destinée à connaître et suivre l'évolution des fonds marins, est aujourd'hui dévolue au Service Hydrographique et Océanographique de la Marine (SHOM). Ce dernier utilise une flotte spécialisée de 5 bâtiments et compte un effectif de 592 personnes, hors équipages. Aujourd'hui, nous vous proposons, avec le SHOM, de découvrir le métier d'hydrographe.

Le métier d'hydrographe

Localiser une épave, compléter les connaissances dans des zones anciennement hydrographiées, définir une nouvelle voie recommandée pour le passage de ferries, contrôler l'engraissement de dunes de sables, telles sont quelques-unes des activités traditionnelles des unités hydro-océanographiques du SHOM en charge des levés et des mesures à la mer.
L'hydrographie est une branche de l'océanographie dont l'objectif est de mesurer et décrire les caractéristiques physiques des structures océaniques et de prévoir leur évolution, en soutien de toutes les activités marines.
Elle s'exerce au bénéfice de tous les usagers de la mer dans l'objectif principal d'assurer la sécurité de la navigation.
Affectés à bord des bâtiments hydrographiques et océanographiques de la Marine ou dans des unités à terre, les hydrographes ont pour mission de réaliser des levés en mer et d'entretenir les bases de données correspondantes (amers, bathymétrie, épaves, ...) afin de permettre l'élaboration et la réactualisation des cartes marines et documents nautiques ou de produits décrivant l'environnement océanique.
Les officiers-mariniers hydrographes sont employés essentiellement par le SHOM. Ils sont embarqués à bord d'unités chargées de la réalisation des campagnes à la mer, ou sur des sites à terre, pour le traitement des données, l'administration des bases de données et la réalisation de produits. L'hydrographe est un technicien de haut niveau, chargé de planifier et de conduire les travaux d'acquisition des données à la mer et sur le terrain, ainsi que de traiter les données en vue de leur utilisation en production par le SHOM.

 Officiers-mariniers hydrographes à bord d'une vedette hydrographique  (© : SHOM)
Officiers-mariniers hydrographes à bord d'une vedette hydrographique (© : SHOM)

Le recrutement et la formation

La formation au métier d'hydrographe au sein de la Marine nationale est assurée par l'école du SHOM, implantée à Brest, qui assure l'enseignement nécessaire à l'obtention du brevet supérieur d'hydrographe.
La formation est accessible en interne aux marins de toutes spécialités, titulaires d'un Bac à dominante scientifique et ayant déjà accompli deux ans de service au moins depuis l'incorporation, dont un an au moins à la mer depuis l'obtention du Brevet d'Aptitude Technique.

La formation dure près de 18 mois, répartie en :

- 7 semaines de formation à la manoeuvre et à la navigation dispensée par l'Ecole Navale (Lanvéoc-Poulmic) ;

- 12 mois de formation à l'hydrographie et à l'océanographie, dispensée par l'école du SHOM (Brest) ;

- 4 mois de stage d'application embarqué au sein d'un groupe hydro-océanographique (GHO) du SHOM.

Au cours de leur carrière, les titulaires du brevet supérieur d'hydrographe peuvent poursuivre leur parcours professionnel en posant leur candidature au cours d'administrateur des systèmes et réseaux mis en oeuvre en hydrographie, océanographie et météorologie (C-SYSRESHOM), et au certificat d'hydrographe supérieur pouvant déboucher sur l'attribution du brevet de maîtrise d'hydrographe (accès à des postes d'encadrement, d'instruction...).

A savoir :

La formation du brevet supérieur d'hydrographe est homologuée en catégorie B au sens des normes de compétences des hydrographes édictées par le Comité international sur les normes de compétence pour les hydrographes et les spécialistes en cartographie marine. Ce Comité est commun à la fédération internationale des géomètres, à l'organisation hydrographique internationale, et à l'association cartographique internationale (FIG-OHI-ACI).
Elle est également enregistrée au niveau III par le répertoire national des certifications professionnelles (RNCP).

Le bâtiment hydro-océanographique Beautemps-Beaupré  (© : SHOM)
Le bâtiment hydro-océanographique Beautemps-Beaupré (© : SHOM)

Témoignage du maître Matthieu Bastien, hydrographe

La mer a toujours fasciné Matthieu, « route vers l'ailleurs et profondeurs inexplorées... C'est en découvrant les aventures maritimes de grands personnages comme Jean-Baptiste Charcot, Roald Amundsen, Anita Conti ou Paul-Emile Victor que la passion pour les sciences marines s'est enracinée. » Après l'obtention d'un baccalauréat scientifique, Matthieu s'engage dans la marine nationale comme matelot. Il assure alors des fonctions de manoeuvrier durant sept années avant de devenir hydrographe. A la suite du Brevet Supérieur d'hydrographe, Matthieu rejoint le GHA (Groupe hydrographique de l'Atlantique) du SHOM et est intégré à l'équipe du bâtiment hydrographique Borda. Matthieu se porte alors volontaire pour participer aux missions du SDHM (Système déployable d'hydrographie militaire), système autonome qui permet l'acquisition de données et leur traitement dans des délais très contraints, de quelques heures à quelques jours selon la nature des travaux (préparation pour une opération amphibie, données d'environnement pour la guerre des mines, levés de contrôle après une catastrophe naturelle,...), et la réalisation de produits directement exploitables par les forces.

 Le maître Matthieu Bastien en levé SDHM  (© : SHOM)
Le maître Matthieu Bastien en levé SDHM (© : SHOM)

Après 3 années au GHA, Matthieu est affecté au GOA (Groupe océanographique de l'Atlantique) et multiplie les embarquements sur le bâtiment hydro-océanographique Beautemps-Beaupré et le navire océanographique Pourquoi pas ?. « Aucune journée ne se ressemble véritablement. Nous opérons dans de multiples domaines (bathymétrie, géodésie, magnétisme, sédimentologie, gravimétrie,...) tout cela dans des environnements variés et en perpétuelle évolution. Il faut noter qu'en dehors des périodes d'embarquement programmées, les équipes sont à terre, rédigent et préparent les chantiers. C'est une coupure qui contraste avec la vie embarquée. » Matthieu souhaiterait poursuivre une carrière au sein du SHOM et envisage de devenir chef d'équipe pour accéder au cours du certificat d'hydrographe supérieur. « Notre polyvalence est, semble-t-il, notre point fort. Je constate que l'on retrouve d'anciens hydrographes dans tous les domaines maritimes ».
_________________________________________

- LE SITE DEVENIRMARIN.FR POUR EN SAVOIR PLUS SUR LE RECRUTEMENT

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française