Disp POPIN non abonne!
Défense
ABONNÉS

Actualité

Marine nationale : Un CMT et un BSR retirés du service

Défense

En plus de la frégate Jean de Vienne le 11 juin et ainsi que des avisos Commandant L’Herminier et Lieutenant de Vaisseau Lavallée le 2 juillet, deux nouveaux bâtiments de la flotte française ont été mis en retraite.

Il s’agit de l’Eridan, tête de série du programme franco-belgo-néerlandais des chasseurs de mines tripartites. Construit par Naval Group à Lorient, il avait été admis au service actif en avril 1984. Son retrait est intervenu le 13 juin à Brest. L’Eridan va être le troisième CMT de la Marine nationale à être désarmé après le Persée en 2009 et le Verseau en 2010. En tout, 11 bâtiments de ce type, longs de 51.5 mètres pour un déplacement de 615 tonnes en charge, ont été construits en France, dont le premier Sagittaire, livré en 1989 et vendu à la marine pakistanaise en 1992. Il a été remplacé en 1996 par une nouvelle unité portant le même nom. Les autres ont intégré la flotte entre 1984 et 1988. Puis s’y sont ajoutés en 1997 trois CMT belges, les ex-Iris, Fuchsia et Dianthus, devenus Verseau, Céphée et Capricorne.

 

Le CMT Eridan (© MARINE NATIONALE)

Le CMT Eridan (© MARINE NATIONALE)

 

La Marine nationale n’aligne donc plus aujourd’hui que 10 chasseurs de mines (Cassiopée, Andromède, Pégase, Orion, Croix du Sud, L’Aigle, Lyre, Sagittaire, Céphée et Capricorne). Le prochain à être désarmé devrait être la Cassiopée, qui devait initialement l’être en 2019 mais devrait continuer au moins jusqu’en 2020.

Les CMT seront pour mémoire remplacés dans le cadre du programme SLAM-F portant pour cette partie sur la construction de quatre grands bateaux-mères mettant en œuvre des drones de surface et sous-marins, ainsi que des robots télé-opérés.

La nouvelle Loi de Programmation Militaire (LPM) prévoit que, d’ici la fin 2025, deux des quatre bateaux-mères et quatre des huit systèmes de drones seront livrés. A cette date, il ne restera plus que cinq CMT en service dans la Marine nationale. 

 

Le BSR Gazelle (© MARINE NATIONALE)

Le BSR Gazelle (© MARINE NATIONALE)

 

Cette dernière, en dehors de l’Eridan, a également retiré du service, le 4 juin, le bâtiment de soutien de région Gazelle, qui était stationné à Toulon. Construit par l’ancien chantier lorientais La Perrière, ce BSR du type Chamois de 41.5 mètres de long et 500 tpc était opérationnel depuis janvier 1978. Il a été remplacé par la Loire, premier des quatre nouveaux bâtiments de soutien et d’assistance hauturiers (BSAH), livrée le 22 mars par Kership et admise au service actif le 26 juillet.

Deux unités du type Chamois avaient été précédemment désarmées : le Tapatai en 1992, le Chamois en 1995 (cédé l’année suivante à Madagascar) et l’Isard en 2005. Il ne reste plus aujourd’hui que trois BSR opérationnels. Il s’agit des Taapé (1983) et Chevreuil (1977) à Toulon ainsi que l’Elan (1978) à Cherbourg. Ils seront, tout comme les remorqueurs de haute mer (RHM) Tenace (1973) et Malabar (1976), remplacés par les trois sisterships du BSAH Loire. Alors que le Rhône a été livré à Brest cet été, les Seine et Garonne, en cours de construction ou d’achèvement, rallieront respectivement Toulon et Brest l’année prochaine.

Marine nationale