Défense
Marine suédoise : Enjeux et stratégie

Focus

Marine suédoise : Enjeux et stratégie

Défense

Pays neutre n’appartenant pas aux grandes alliances militaires mais cultivant la coopération avec de nombreux pays, la Suède dispose historiquement d’une marine en pointe, servie par une puissante industrie nationale en matière de défense. Car si la chose militaire n’est pas, ici comme dans les autres royaumes scandinaves, une grande passion pour les citoyens, la stratégie suédoise de neutralité, qui a permis au pays de rester en paix depuis plus de deux siècles, passe par une indépendance technologique et stratégique. La Suède a donc soutenu et préservé des capacités industrielles et militaires de premier plan, en particulier dans l’aéronautique, les radars et les missiles. Et c’est ce qui a conduit le gouvernement, en 2014, à imposer à TKMS de céder au champion national Saab les chantiers suédois Kockums, que le groupe allemand avait repris une décennie plus tôt mais qui perdaient au fil des années des compétences considérées comme critiques.

Cette reprise en main, assez exceptionnelle dans un pays réputé moins interventionniste que ses homologues d’Europe du sud, en dit long sur l’importance stratégique que Stockholm accorde à son industrie de défense, y compris dans le domaine naval.

Il faut dire que la dimension maritime est essentielle pour cette nation qui s’est construite autour des échanges avec ses voisins de la Baltique. C’est d’ailleurs grâce à la mer et à la grande flotte dont la Suède a su se doter il y a plus de 300 ans que le royaume s’est imposé à partir du XVIIème comme une puissance européenne majeure.

Aujourd’hui, la Suède demeure l’un des grands pays d’Europe du nord et son économie reste toujours très dépendante des flux maritimes. « Il s’agit pour nous d’une activité vitale car les navires acheminent l’essentiel de nos approvisionnements, en particulier vers les ports de la côte ouest », souligne le contre-amiral Jens Nykvist, chef d’état-major de la marine suédoise.

 

Le contre-amiral Jens Nykvist

Le contre-amiral Jens Nykvist (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

 

Le trafic maritime est d’ailleurs toujours plus important dans la région. « Nous avons en moyenne 2000 à 4000 navires de commerce en mouvement à travers la Baltique, où le nombre de tankers est par exemple plus important que dans le canal de Suez. Les enjeux en termes de distribution de l’énergie sont très forts ici, non seulement au niveau

Marine suédoise | Toute l'actualité de la marine de Suède