Défense
Marines française et sud-africaine en exercice à La Réunion

Actualité

Marines française et sud-africaine en exercice à La Réunion

Défense

La frégate sud-africaine Isandlwana est arrivée hier à la Réunion, où elle va mener des exercices conjoints avec la Marine nationale. Pays riverains de l'océan Indien, la France et l'Afrique du Sud collaborent depuis de nombreuses années, notamment dans le grand sud, où ils veillent aux zones économiques exclusives très riches en poisson (notamment la légine) et menacées par les braconniers. La France dispose notamment, à La Réunion, des frégates de surveillance Floréal et Nivôse et des patrouilleurs Albatros et Osiris. L'Isandlwana manoeuvrera d'abord autour de l'île française puis les bâtiments des deux marines poursuivront au large de l'Afrique du sud dans le cadre de l'exercice biannuel Oxyde. br>
Frégate du type Meko A 200  (© : SOUTH AFRICAN NAVY)
Frégate du type Meko A 200 (© : SOUTH AFRICAN NAVY)


Après de longues années d'embargo sur les armes suite à l'apartheid, l'Isandlwana symbolise le renouveau de la flotte de surface sud-africaine. C'est en 1998 que le programme South African Navy Patrol Corvettes (SAN-PC) fut lancé. Quatre frégates furtives du type Meko A 200 sont commandées au chantier allemand Blohm & Voss (groupe TKMS). Les coques seront réalisées à Hambourg et Kiel, mais les équipements, comme l'armement, seront installés et intégrés en Afrique du Sud. C'est le cas du Surface Vessel Combat System (SUVECS), dérivé du système TAVITAC, de Thales Naval France. Pour ce programme, TNF, qui fait désormais partie de DCNS, a déployé des équipes en Afrique du sud, afin d'intégrer le système de combat sur les quatre frégates, dont le dernier exemplaire est entré en service au printemps 2007. Divers partenariats ont été signés sur place avec les entreprises, permettant notamment (c'était l'un des objectifs de SAN-PC) de redresser l'économie locale, par exemple dans le secteur de l'informatique.
Longues de 121 mètres pour un déplacement de 3590 tonnes en charge, les frégates de la classe Valour disposent de 8 missiles antinavire Exocet MM40 (MBDA), d'un système surface-air à lancement vertical Umkhonto (Denel-Kentron), de pièces de 76 et 35 mm, ainsi que de tubes lance-torpilles et d'un hélicoptère. L'équipement électronique est, notamment, constitué d'un radar de veille MRR-3D et d'un sonar TMS-4132 de Thales. Pour équiper les Amatola, Isandlwana, Spioenkop et Mendi, quatre hélicoptères Super Lynx ont, par ailleurs, été commandés en 2004 pour une livraison en 2007.

Marine Nationale | Toute l’actualité de la marine française