Divers
Marins Sans Frontières va récupérer des vedettes réformées de la SNSM

Actualité

Marins Sans Frontières va récupérer des vedettes réformées de la SNSM

Divers

L’association Marins Sans Frontières, qui vient en aide aux populations isolées ou défavorisées, devraient récupérer deux vedettes de sauvetage de la SNSM pour ses opérations humanitaires. Il s’agit de la Colonel Rigaud de la station de Pauillac, en Gironde, et de la Commandant Peverelly, basée à Saint-Pierre de La Réunion. Ces bateaux devraient être mis à disposition de MARSF dans les prochains mois afin de reprendre du service dans l’île de Nosy Be, à Madagascar, ainsi que dans un port de pêche marocain.

 

Cette opération s’inscrit dans le cadre d’un d’accord de partenariat récemment signé entre la Société Nationale de Sauvetage en Mer et Marins Sans Frontière. L’objectif des deux associations est d’aider les pays en voie de développement  à se doter de moyens de sauvetage et à améliorer la sécurité de la navigation dans leurs eaux territoriales. Pour cela, la SNSM s’engage à étudier la possibilité de vendre ou donner à MARSF des moyens nautiques et des équipements de sauvetage réformés, tout en faisant la promotion des actions menées par son partenaire afin de susciter auprès des sauveteurs bénévoles la réalisation de missions de support et d'accompagnement dans le cadre de la formation des équipages au fonctionnement des bateaux.

 

Pour mémoire, MARSF avait déjà récupérer l’ancienne vedette de 2ème classe Notre Dame du Trégor, qui équipait la station bretonne de Primel. Après remise en état, elle avait été transportée à Madagascar. Affectée à Mahajanga, elle sert aujourd’hui de bateau école pour les élèves de l'Ecole nationale d'enseignement maritime, tout en étant également employée pour des missions de sauvetage sur cette zone.

 

Marins Sans Frontière, qui fête cette année ses 30 ans et a mené des opérations dans de nombreux pays, notamment en Afrique, souhaite poursuivre son action à Madagascar. Disposant de 5000 km de côtes, le pays manque en effet cruellement de moyens de secours en mer. Une situation qui devrait donc s’améliorer grâce à la formalisation du partenariat avec les sauveteurs français. 

Sauvetage et services maritimes