Science et Environnement
Marion Dufresne : nouvelle campagne sur le volcanisme à Mayotte

Actualité

Marion Dufresne : nouvelle campagne sur le volcanisme à Mayotte

Science et Environnement

Le Marion Dufresne débute ce mercredi une nouvelle mission scientifique à Mayotte suite à la découverte, le mois dernier, d’un volcan sous-marin en formation près de l’île. Un volcan responsable des séismes qui secouent ce territoire français de l’océan Indien depuis mai 2018. Durant cinq jours, le Marion Dufresne va suivre l’évolution sous-marine des phénomènes volcaniques qui impactent l’île. Pour cela, le navire embarque des scientifiques de l’Ifremer, du CNRS, de l’Institut de Physique du Globe de Paris (IPGP) et du Bureau des Recherches Géologiques et Minières (BRGM). Sous la direction de Stephan Jorry, de l’Ifremer, ils vont compléter et affiner les mesures effectuées en mai. « Leur mission consistera à relever et redéployer des sismomètres fond de mer, à effectuer de nouvelles mesures bathymétriques et à récolter par dragage de nouveaux prélèvements pour tenter de savoir si le volcan sous-marin découvert est encore en train de grandir. Ces nouvelles données permettront de mieux appréhender le nouveau volcan sous-marin découvert le mois dernier et son évolution, et plus largement d’avoir une meilleure connaissance du contexte géologique de la zone », explique la préfecture de Mayotte.

Après une tournée d'un mois en avril dans les îles Eparses, le Marion Dufresne avait pour mémoire enchaîné sur « Mayobs », une mission de quinze jours au large de Mayotte visant à comprendre pourquoi l’île connait depuis un an une succession d'épisodes sismiques. Les observations menées à bord avaient permis la découverte d'un tout nouveau volcan sous-marin à une cinquantaine de kilomètres à l'est de Mayotte. Ce volcan, situé à 3500 mètres de profondeur, est encore en train de naître et a poussé de 800 mètres en un an. Il présente, pour le moment, un diamètre de 4 à 5 kilomètres et son panache de fluides, selon les premières observations, mesure 2 kilomètres mais n'atteint pas la surface.

Cette campagne, qui s’inscrivait dans les recherches conduites sur le sujet depuis juin 2018, a aussi vu le déploiement d'une instrumentation qui permettra la localisation précise de l'essaim sismique. Les données déjà acquises et celles à venir vont être exploitées pour évaluer les risques induits pour Mayotte en matière de phénomènes sismiques et volcaniques, ainsi que de tsunami.

Selon un décompte du BRGM, mentionné dans un article du journal suisse Le Temps, en date du 10 juin, Mayotte a connu en un an 1852 secousses d’une magnitude égale ou supérieure à 3.5, dont 31 d’une magnitude supérieure à 5 (la plus forte a atteint 5.8 en mai 2018), ont été largement ressenties par la population, provoquant des dégâts légers, comme des fissures dans certains bâtiments, mais surtout l’inquiétude de la population.

 

IFREMER