Science et Environnement
Marion Dufresne :  troisième campagne d’exploration volcanique à Mayotte

Actualité

Marion Dufresne : troisième campagne d’exploration volcanique à Mayotte

Science et Environnement

Et de trois. Le Marion Dufresne va repartir pour une nouvelle campagne scientifique Mayobs le 12 juillet prochain. Le navire, appartenant aux Terres Australes et Antarctiques Françaises et armé par LDA, repart au large de Mayotte où l’activité volcanique est spectaculaire puisqu’une nouvelle coulée de lave aurait été découverte à proximité du tout nouveau volcan sous-marin découvert en mai dernier.

 

(IPGP)

(IPGP)

(IPGP)

(IPGP)

 

Ce volcan, situé à 3500 mètres de profondeur à une cinquantaine de kilomètres de Mayotte, serait né en 2018 et aurait poussé de près de 800 mètres en un an. Les scientifiques soupçonnaient son existence après que près de 2000 secousses sismiques de plus de 3.5 sur l’échelle de Richter se soient faites sentir dans l’archipel mahorais la dernière année. Les ministères de la transition écologique, de l’Intérieur, des Outremers, les instituts de physique du globe de Strasbourg (IPGS) et de Paris (IPGP), le bureau de recherche géologique et minière (BGRM) et l’Ifremer ont donc décidé de financer la première campagne Mayobs du mois de mai. Une fois le volcan localisé, les mêmes acteurs ont décidé de repartir pour déployer une instrumentation visant à localiser précisément les essaims sismiques.

 

(IPGP)

(IPGP)

(IPGP)

(IPGP)

(IPGP)

(IPGP)

 

C’est durant cette campagne Mayobs 2 qui s’est déroulée entre le 11 et le 17 juin dernier à bord du Marion Dufresne, que les scientifiques ont découvert une importante coulée de lave basaltique à 2 kilomètres du sud-est du volcan. D’une superficie de 8.7 km 2 et d’une épaisseur de 75 mètres, elle témoigne d’une très grosse production de lave de ce qui pourrait ressembler à un tout nouveau volcan. Et elle n’était pas là un mois auparavant. Ce qui montre l’intensité de l’activité sous-marine dans cette zone.  Des échantillons d’eau et des roches ont été prélevés sur zone et sont en cours d'analyse à l'Ifremer à Brest.

 

La nouvelle zone d'activité volcanique au sud du nouveau volcan, tel qu'apparue entre mai (figure B) et juin (figure C) avec le différentiel bathymétrique (IPGP)

La nouvelle zone d'activité volcanique au sud du nouveau volcan, tel qu'apparue entre mai (figure B) et juin (figure C) avec le différentiel bathymétrique (IPGP)

 

Le premier volcan n’a, quant à lui, pas bougé. « L’analyse de données sismiques réalisée à bord confirme une localisation toujours relativement profonde des séismes (entre 25 et 50km de profondeur), avec un essaim principal qui se confirme à environ 10km à l’est de Petite-Terre. Le redéploiement des OBS  (enregistreurs sismiques) a été effectué en fin de mission à l’exception d’un OBS qui a montré un problème d’enregistrement de données et qui doit être réparé à terre avant d’être remis à l’eau. Les levés bathymétriques réalisés au-dessus du nouveau volcan ont montré que sa taille n’avait pas évolué depuis la campagne Mayobs 1 il y a un mois », note l'IPGP.

Une nouvelle campagne pourrait être menée au mois d’août à bord d’un autre navire puisque le Marion Dufresne sera mobilisé par OP2, la mission de ravitaillement des terres australes. Cette campagne pourrait voir le déploiement d’un robot sous-marin.

 

TAAF Louis Dreyfus Armateurs IFREMER