Vie Portuaire
Marseille : 39 millions d'euros pour développer les terminaux minéraliers et céréaliers

Actualité

Marseille : 39 millions d'euros pour développer les terminaux minéraliers et céréaliers

Vie Portuaire

Après un mois de mars difficile, le port de Marseille relance ses projets de développement. Afin d'absorber la croissance du trafic sur le terminal minéralier de Fos, estimée à 5% par an (3.2 millions de tonnes en 2006), un nouveau portique sera acquis par le port autonome, pour un montant de 10.2 millions d'euros. Sea-Invest, qui a été confirmée dans son rôle de manutentionnaire du terminal, bénéficiera d'une convention d'occupation du domaine public maritime d'une durée de 10 ans, renouvelable sous conditions, lui permettant d'amortir un programme d'investissement d'au moins 7 millions d'euros. Le PAM a également défini un dispositif contractuel lui garantissant au moins 2.6 millions de tonnes de trafic annuel ainsi que l'intervention de son personnel. En contre partie, le port propose un contrat de fiabilité à l'opérateur, lui garantissant 32 shifts d'exploitation par semaine faute de quoi il versera une indemnité. Cette garantie ne sera, toutefois, pas valable en cas de grève. « Grâce à cette nouvelle organisation qui conforte l'emploi des agents du PAM tout en donnant des garanties de pérennité et de qualité de services à l'opérateur, le Port Autonome de Marseille a l'ambition de créer un véritable hub minéralier à Fos », souligne le PAM.

Tripler le trafic des céréales

Toujours sur la zone portuaire de Fos, un effort important sera consenti sur le secteur des céréales. Le conseil d'administration de l'établissement public a approuvé une opération d'investissement de 10 millions d'euros au bénéfice du terminal céréalier des Tellines. Cet investissement permettra d'adapter les outillages aux perspectives de croissance du terminal qui devrait multiplier son trafic par trois avant 2015, atteignant 1.5 millions de tonnes de céréales contre 500 000 t actuellement. L'exploitation des outillages et leur maintenance seront assurées, comme c'est le cas aujourd'hui, par les agents du port. Parallèlement, l'Association d'Investissement des Tellines (*), titulaire depuis 1996 d'une convention d'occupation du terminal céréaliers, s'est engagé à construire un deuxième silo vertical d'une capacité de 60 000 tonnes pour un coût de 12 millions d'Euros. Ce silo pourrait être opérationnel en 2009 et assurer dès la première année d'exploitation un trafic d'un million de tonnes.Afin d'inciter l'opérateur à développer ses trafics et de s'assurer un retour sur investissement, le PAM proposera des tarifs dégressifs en fonction du tonnage traité ainsi qu'un système de pénalités progressif en cas de non respect des objectifs de trafics . En contre-partie, le PAM s'engage à respecter un contrat de fiabilité sur la disponibilité de son personnel et de l'outillage qui prévoit le versement d'une pénalité par le PAM en cas de non respect du minimum garanti. La encore, les périodes de conflits sociaux sont exclus du périmètre.
_____________________________________________

(*) L'AIT réunit les Chambres de commerce et d'Industrie du bassin Rhône-Saône et la Compagnie Nationale du Rhône.

Port de Marseille