Croisières et Voyages
Marseille : après avoir débarqué ses passagers, le MSC Splendida prié de partir

Actualité

Marseille : après avoir débarqué ses passagers, le MSC Splendida prié de partir

Croisières et Voyages
Vie Portuaire

Arrivé mardi matin à Marseille, le paquebot MSC Splendida a pu débarquer ses 1721 passagers, dont le retour chez eux est pris en charge par son armateur. Mais les autorités françaises ont refusé la demande de MSC Cruises, de pouvoir désarmer le navire dans les bassins phocéens, où la compagnie italo-suisse espérait pouvoir organiser sereinement le rapatriement de la majeure partie l'équipage (1117 personnes), ne laissant à bord qu’un noyau de quelques dizaines de marins pour assurer la sécurité du navire et sa capacité à appareiller en cas d’urgence. Une fois ses derniers passagers débarqués hier matin, le MSC Splendida a donc été contraint de reprendre la mer à la mi-journée. Heureusement, un accord a été trouvé avec les autorités italiennes et le paquebot devrait finalement être accueilli dans le port de Gênes, où se trouve depuis trois semaines le MSC Opera.

Pour mémoire, le MSC Splendida, en provenance de Dubaï dont il était parti le 11 mars, est arrivé mardi à Marseille sans problème sanitaire. Tout étant au clair, les services de santé français donnant leur feu vert au débarquement, les passagers européens étant ramenés chez eux au moyen de cars, ceux habitant le plus loin, comme les Australiens et Argentins, étant rapatriés par voie aérienne. On a cependant appris qu'il y avait eu un moment de tension lorsque les autorités italiennes ont fait savoir qu'un membre d’équipage du MSC Splendida avait été testé positif au Covid-19. Trois jours avant l’arrivée du navire à Marseille, il avait été débarqué pour des problèmes médicaux qui n’étaient pas en lien avec le coronavirus. Les tests effectués après son évacuation s’étaient d’ailleurs révélés négatifs. Mais ce membre d’équipage a ensuite présenté de nouveaux symptômes et, de nouveau testé en Italie 72 heures plus tard, s’est cette fois révélé positif au Covid-19. Le débarquement des passagers à Marseille étant déjà bien engagé et la situation sanitaire du MSC Splendida ne présentant pas de signe inquiétant, les autorités françaises ont donc décidé de poursuivre l’opération. Cela, comme prévu dès le départ, avec des procédures très strictes sous forme de corridors sanitaires. Mais il en a peut-être aussi résulté que le désarmement dans le port français du paquebot a finalement été refusé.

Les opérations de débarquement du MSC Fantasia retardées à Lisbonne

Côté passagers, plus compliqué a en revanche été le cas du MSC Fantasia, arrivant du Brésil et qui devait initialement rejoindre Marseille. Pour éviter une trop forte pression sur le port français, où avait déjà été accepté le débarquement de 800 passagers des Costa Luminosa et Costa Pacifica en fin de semaine dernière, une solution alternative a été trouvée, facilitant au passage le rapatriement des nombreux passagers brésiliens présents à bord. Après un accord avec les autorités portugaises, le MSC Fantasia a été autorisé à accoster à Lisbonne, où il est arrivé le 22 mars. Après inspection du navire, le débarquement a été autorisé mais, peu après sa descente, un passager portugais a été testé positif au Covid-19. De là, si les transferts vers l’aéroport se poursuivaient au fil des vols disponibles, les douanes et la police aux frontières portugaises ont refusé de laisser embarquer des personnes venant du paquebot à bord de lignes régulières, sur lesquelles MSC avaient réservé tous les billets d'avion. C’est ainsi que 55 français qui devaient embarquer sur un vol Air France Lisbonne-Paris, ont trouvé portes closes à l’aéroport mardi, et furent renvoyés au bateau. Sans compter que, dans le « bazar » général d’une telle opération, deux autres français avaient été oubliés sur le navire. Dès lors, MSC Cruises a été obligée d'affréter des avions pour rapatrier les clients toujours bloqués à Lisbonne. Ce qui dans le contexte actuel (réduction des liaisons aériennes, frontières fermées et centaines de milliers de touristes encore en attente de rentrer à travers le monde) n’a rien de simple. Les 55 français ont par exemple attendu mercredi qu’un vol affrété vers Marseille puisse être mis en place, les 2 derniers français du Splendida devant renter chez eux à Lyon ce vendredi.

 

Port de Marseille MSC Cruises