Vie Portuaire
Marseille : Bernard Thibault propose que DCNS sauve la réparation navale

Actualité

Marseille : Bernard Thibault propose que DCNS sauve la réparation navale

Vie Portuaire

Présent vendredi dernier à Marseille, Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, a proposé que DCNS reprenne les activités de réparation navale du port phocéen. Le dernier grand chantier marseillais, l'UNM, a effet été placé en liquidation judiciaire le 10 mars dernier (un appel du jugement du tribunal de commerce sera examiné le 19 mai). « Puisqu'on nous dit qu'il n'y a pas, a priori, d'industriel disposé à se relancer dans l'activité, on va demander à Etat d'étudier la possibilité que DCNS soit cet opérateur industriel. Il doit être possible, même si ce sont des métiers avec des spécialités différentes, de s'appuyer sur le coeur de métier militaire (de DCNS) pour imaginer une branche d'activité », a estimé Bernard Thibault, dont les propos ont été recueillis par l'AFP. Pour le leader de la CGT : « Il serait complètement aberrant qu'un port comme Marseille puisse voir disparaître des tâches en matière de réparation navale, alors que ce port dispose d'une des seules infrastructures dans tout le bassin méditerranéen ».
Filiale du groupe espagnol Boluda (qui avait repris fin 2006 l'ex-Compagnie Marseillaise de Réparations), Union Naval Marseille employait 130 personnes et faisait vivre des centaines de sous-traitants.
Présent à Toulon, DCNS est spécialisé dans la construction et la maintenance de navires militaires. Le groupe naval cherche, toutefois, à développer son activité dans le secteur civil. C'est le cas dans le domaine du nucléaire, des services portuaires, mais aussi, ponctuellement, dans les arrêts techniques de bateaux civils. Ainsi, DCNS a récemment réalisé, à Toulon, l'entretien du NGV Liamone, de la SNCM.

Port de Marseille