Croisières et Voyages
Marseille : Costa Croisières donne ses surplus à la Banque alimentaire

Actualité

Marseille : Costa Croisières donne ses surplus à la Banque alimentaire

Article gratuit
Croisières et Voyages

Voilà une excellente initiative de la compagnie italienne Costa Croisières, qui dans le cadre d’un plan de lutte contre le gaspillage alimentaire à bord de ses navires, a conclu un partenariat avec la Banque alimentaire des Bouches du Rhône. L’objectif est de faire bénéficier des personnes dans le besoin de ses excédents alimentaires. Des repas de qualité, non proposés auparavant aux croisiéristes, avec des aliments conditionnés comme il se doit pour conserver leur saveur et respecter toutes les normes sanitaires.

Des repas débarqués chaque samedi par un paquebot

Ainsi, depuis le 19 mai, le paquebot Costa Fascinosa a été choisi pour débarquer chaque samedi à Marseille, à l’occasion de son escale hebdomadaire dans le port phocéen, ses surplus de nourriture. « Tous les plats préparés dans les restaurants la veille de l’escale mais qui n’auront pas été servis à bord, sont collectés. Placés dans des contenants en aluminium, scellés, étiquetés à des fins de traçabilité et entreposés dans des réfrigérateurs à bord, ces plats seront déchargés le matin de l’escale et donnés aux bénévoles de la Banque Alimentaire des Bouches du Rhône », explique Costa Croisières.

Au profit d’une résidence de l’Armée du Salut

Ces repas seront aussitôt acheminés à l’Armée du Salut, fondation s’occupant de personnes en situation de détresse. Concrètement, les repas rejoindront la Résidence William Booth, située à Marseille dans l’un des quartiers les plus pauvres de France. Cet établissement, d’une capacité totale de 150 places, regroupe un Centre d’Hébergement et de Réinsertion Sociale (principalement des hommes seuls et quelques familles), un service de restauration solidaire, deux pensions de familles et le Hameau, lieu de vie durable pour les personnes en grande exclusion. « La Résidence William Booth accompagne des personnes en grande exclusion pour un retour à l’autonomie. Parmi nos actions et parce que nous revendiquons le droit à l’alimentation pour tous, nous mettons à disposition un service de restauration solidaire qui prévoit la délivrance au quotidien de repas auprès des publics en difficulté, demandeurs d’asile, personnes vivant à la rue, adultes, enfants, familles. L’aide de la Banque Alimentaire 13 nous est précieuse et constitue plus de la moitié des produits alimentaires que nous utilisons pour la confection de nos repas. Ce nouveau partenariat avec Costa va nous être d’un grand soutien », souligne Jocelyne Bresson, directrice de l’établissement, qui a servi 57.500 repas en 2017. Du côté de la Banque alimentaire des Bouches du Rhône, son président, Gérard Gros, se félicite également de ce nouveau partenariat: « La Banque Alimentaire est particulièrement fière et heureuse de cette nouvelle collaboration avec Costa Croisières. Ce plan de lutte contre le gaspillage alimentaire correspond bien à nos besoins, à nous qui servons 65.000 personnes sur le département des Bouches du Rhône en ce qui concerne l’aide alimentaire, compte tenu du taux de pauvreté de ce département. C’est pour nous une excellente opération ».

Près de 29.000 portions données en Italie depuis 10 mois

C’est l’an dernier que Costa a lancé cette initiative en Italie, avec la Banco Alimentare. D’abord à Savone en juillet, puis à Civitavecchia en décembre. Depuis, les navires de la compagnie ont fait don de près de 29.000 portions, servies à des personnes en difficulté. Après Marseille, la ville italienne de Bari va rejoindre le dispositif et Costa travaille pour l’étendre à d’autres ports méditerranéens et au-delà.

« Développer un tourisme durable »

Ces dons de nourriture s’inscrivent dans le cadre d’un plan global lancé par la compagnie en matière de durabilité. « Le tourisme est une activité en pleine expansion, les jeunes générations ont de plus en plus envie de visiter le monde et cela continuera de s’accroître. Mais pour que cela dure, il est de notre devoir de développer un tourisme durable, qui serve non seulement à la croissance économique et à l’emploi des régions visitées, mais s’attache aussi à préserver l’environnement et les ressources. Cela passe aussi par la solidarité avec les territoires dans lesquels nous faisons escale. C’est le sens de cette initiative qui permet de donner des surplus alimentaires sains à des associations caritatives, pour que cette nourriture se retrouve sur la table de gens qui en ont besoin. C’est une première dans l’industrie de la croisière, nous en sommes très fiers et nous souhaitons étendre cette action à d’autres ports en Méditerranée et, si possible, dans le monde entier », explique Niel Palomba, président de Costa Croisières.

De nouveaux navires beaucoup plus vertueux

A l’heure où les grandes entreprises sont nombreuses à faire du développement durable un argument commercial, sans forcément derrière de profondes convictions, il faut reconnaitre que la compagnie italienne multiplie les efforts et prouve, année après année, un réel engagement. Alors que les problématiques liées au réchauffement climatique et à la pollution dans les ports sont de plus en plus prégnantes, Costa va ainsi être la première, avec sa propre flotte et celle de sa filiale allemande AIDA Cruises, à exploiter des paquebots fonctionnant au gaz naturel liquéfié (GNL). Il va succéder au fuel lourd et au gasoil en permettant de réduire significativement, voire pour certaines quasi-totalement, les émissions polluantes (SOx, NOx, particules fines), ainsi que les rejets de gaz à effet de serre. Elle n’y était pas règlementairement obligée et a accepté les contraintes liées à ce carburant, avec lequel fonctionneront d’abord le nouvel AIDAnova, livrable à la fin de cette année, puis le Costa Smeralda un an plus tard. Trois autres navires de ce type ont déjà été commandés pour les deux compagnies, dont la maison-mère, le groupe américain Carnival Corporation, a dans la foulée commandé des paquebots GNL pour deux autres de ses filiales, Carnival Cruise Line et P&O Cruises.

Réduire de moitié le gaspillage alimentaire d’ici 2020

Alors que la compagnie a accentué ces dernières années sa politique de recyclage des déchets produits par ces navires, Costa a récemment mis en place le plan « 4GOODFOOD », au travers duquel elle entend réduire de moitié, d’ici 2020, le gaspillage alimentaire à bord.  « Notre engagement vise à sensibiliser à la valeur de la nourriture en impliquant directement les clients comme l’équipage. L’intégration complète du développement durable dans le modèle d’entreprise est un point fondamental pour Costa Croisières », insiste Stefania Lallai, directrice du développement durable de la compagnie. Le travail a commencé dès les cuisines des navires, où de nouveaux procédés ont été mis en place afin de réduire le gaspillage lors de la préparation des plats. La démarche se poursuit ensuite auprès des passagers, par exemple dans les buffets des paquebots, où l’abondance des mets est traditionnellement source de tentation et d’excès. Qui n’a ainsi jamais vu, lors d’une croisière, des familles rejoindre leur table avec des monticules de nourriture dans leurs assiettes, une bonne partie finissant généralement à la poubelle ? « Nous avons lancé une campagne goûtez, ne gaspillez pas. On ne veut pas culpabiliser les clients mais les inviter à avoir un comportement plus attentif à ce qu’ils mangent, à prendre les bonnes portions et apprécier une nourriture bonne et saine ». Et puisque l’éducation, cela commence dès le plus jeune âge, des animations et jeux pédagogiques ont également vu le jour dans les clubs enfants des navires, complétant d’autres programmes pour sensibiliser les jeunes au respect de la mer et de l’environnement.

Améliorer la qualité et financer des programmes solidaires

Alors évidemment, certains diront qu’avec tout cela, la compagnie devrait réaliser de substantielles économies sur son budget – énorme - lié à la nourriture. Ce qui est vrai. Mais ce qui l’est aussi, c’est que parallèlement Costa a aussi revu ses avitaillements, en accentuant sa politique de traçabilité des produits, en achetant des aliments plus qualitatifs, en travaillant sur le développement des circuits courts faisant appel à des producteurs locaux. Dans le même temps, une partie de l’argent économisé est investi dans les œuvres caritatives de la fondation Costa. « Depuis 2015, celle-ci a soutenu 22 projets ayant bénéficié à 16.000 personnes, notamment des femmes et des enfants dans le besoin, de l’Italie aux Philippines ». Parmi ces actions, l’aide à la création de jardins en Afrique, l’apprentissage des métiers de l’hospitalité en Asie ou encore, avec le parrainage de la chanteuse Shakira, égérie de la compagnie depuis 3 ans, la construction d’une école pour 1500 enfants pauvres de Colombie.