Vie Portuaire
Marseille : Encore un paquebot dérouté sur Toulon

Actualité

Marseille : Encore un paquebot dérouté sur Toulon

Vie Portuaire
Croisières et Voyages

Pour la seconde fois en huit jours, un paquebot qui devait faire escale à Marseille a été obligé de renoncer, pour cause de vent fort, à entrer dans les bassins phocéens, préférant se replier sur la rade de Toulon. Il s’agit du Costa Diadema, qui a finalement accosté vers 7 heures dimanche matin à La Seyne-sur-Mer, avant de partir à 19 heures vers Barcelone. Le 25 janvier, le même scénario s’était produit avec le MSC Meraviglia qui, face à un Mistral soufflant en rafale à 60 nœuds, s’était dérouté vers le port varois, plus accessible et abrité.

 

 

Le problème est qu’il ne s’agit pas de n’importe quels navires. Le Diadema (306 mètres de long, 132.500 GT de jauge et 1862 cabines) et le Meraviglia (316 mètres, 167.600 GT, 2246 cabines) sont non seulement les deux plus grosses unités de Costa et MSC mais surtout les principaux paquebots exploités au départ de France. Marseille est leur tête de ligne pour le marché tricolore, les deux bateaux embarquant et débarquant chaque semaine dans le port phocéen plusieurs milliers de passagers. Leur déroutement constitue donc pour les armateurs une opération logistiquement bien plus complexe et ennuyeuse qu’une simple escale annulée. Car il faut gérer le transfert non prévu de tous les clients concernés.

 

Le MSC Meraviglia à Toulon le 25 janvier (© ROSELINE BELLONNE)

Le MSC Meraviglia à Toulon le 25 janvier (© ROSELINE BELLONNE)

 

Heureusement pour les compagnies et le port de Marseille, ces déroutements sont devenus rares depuis les importants travaux conduits pour élargir la passe nord et, ainsi, améliorer l’accès des grands paquebots au terminal croisière de Marseille. Pour mémoire, ce chantier a été menés en plusieurs étapes. Après la réduction de 50 mètres la digue de Mourepiane en 2015, puis l’arasement l’année suivante de celle de Saumaty, qui boucle la passe nord, le projet s’est achevé en 2017 avec l’allongement de la digue du large.

D’un coût d’environ 35 millions d’euros, le programme d’amélioration des accès nautiques des bassins phocéens offre deux avantages. D’abord, la réduction de la digue de Mourepiane permet aux grands navires d’éviter sans difficulté devant le terminal croisière. Ensuite, la réduction de la digue de Saumaty, perpendiculaire à la forme 10, permet d’étendre la largeur de la passe nord de 190 à 240 mètres, l’extension de la digue du large maintenant la protection des bassins contre la houle. Grâce à ces aménagements, Marseille est accessible aux paquebots même lorsque les conditions météorologiques sont difficiles, le Mistral étant auparavant responsable de l’annulation d’environ 10% des escales.

Le déroutement récent des Costa Diadema et MSC Meraviglia vient néanmoins rappeler qu’à partir d’un certain niveau de vent, les navires ne peuvent quand même pas entrer dans Marseille, ou du moins leurs commandants ne souhaitent pas entreprendre la manœuvre. Jusqu’ici, ces cas demeurent néanmoins exceptionnels. 

Pour mémoire, Marseille a enregistré en 2018 un nouveau record de son activité croisière, avec 516 escales et 1.7 million de passagers (+15%). Le franchissement du cap des 2 millions de passagers est espéré pour 2020.

 

Port de Marseille Ports de Toulon et La Seyne-sur-Mer