Vie Portuaire
Marseille - Fos : Le trafic portuaire en hausse de 3% en 2011

Actualité

Marseille - Fos : Le trafic portuaire en hausse de 3% en 2011

Vie Portuaire

Avec plus de 88 millions de tonnes, le trafic du port de Marseille-Fos a connu en 2011 une hausse de 3% par rapport à l'année précédente. Dans un contexte de crise économique et de difficultés dans le raffinage, la place phocéenne est, ainsi, le seul port de France, avec Dunkerque, à avoir vu son activité augmenter. Pour le Grand Port Maritime de Marseille, la progression annuelle est à mettre essentiellement au crédit des échanges d'hydrocarbures qui augmentent de 8% sur l'année alors que les marchandises diverses restent relativement stables (-1%) et que les vracs solides portent le poids du ralentissement de la sidérurgie (-17%). L'activité voyageurs est la grande gagnante de l'année avec un trafic qui atteint le record absolu de 2.3 millions de voyageurs.

Dans le détail, le trafic d'hydrocarbures a atteint 59 millions de tonnes, soit une progression de 8% par rapport à 2010. Toutes les catégories de produits (brut, raffinés, GPL, GNL) présentent un bilan positif, même si les importations à destination des raffineries françaises stagnent sous l'effet de l'arrêt de Reichstett en juin. Le Gaz Naturel Liquéfié est le produit qui augmente le plus (+25%, 1.4 Mt), porté par le nouveau terminal Fos Cavaou et une consommation française soutenue.
Les vracs chimiques et alimentaires ont terminé l'année sur une hausse de 4% (3.31 Mt) due en particulier au gain de 300.000 tonnes de MTBE à l'import, produit utilisé comme additif de l'essence sans plomb.

Baisse des marchandises diverses et des vracs solides

Le trafic de marchandises diverses s'élève à près de 16 millions de tonnes soit 1% de moins qu'en 2010. Le conventionnel, étroitement lié à la sidérurgie, est le principal responsable de cette tendance. Les trafics conteneurisés, comme les rouliers, restent stables en 2011. Le port a frôlé encore, en 2011, le million de conteneurs (EVP), les difficultés du début d'année et le ralentissement économique n'ayant pas permis de dépasser ce seuil symbolique. Néanmoins, le port établit son record des conteneurs transportés par la voie fluviale (67.000 EVP). Il voit ainsi, pour la première fois, près de 10% du trafic conteneurs de Fos (le seul à utiliser le fleuve) passer par le Rhône et la Saône.


Le dynamisme des vracs agro-alimentaires (+18%, 1.23 Mt), dopé par le silo fluvial mis en service l'an passé au terminal des Tellines, ne permet pas d'enrayer la chute du segment des vracs solides qui plafonne à 9.84 millions de tonnes, soit une baisse de 17% par rapport à 2010. La faiblesse de la demande de produits sidérurgiques entrainant la fermeture partielle du site de Fos a conduit à une réduction des trafics de matières premières de l'acier de près de 2 millions de tonnes (5.7 Mt contre 7.5 Mt en 2010). Toutefois, l'implantation des Ciments du Lacydon fin 2011 à Marseille doit permettre de renforcer ce segment.

Record historique pour l'activité passagers

Avec 2.3 millions de voyageurs, l'année 2011, à Marseille, est marquée par un nouveau trafic historique de passagers ( +13% par rapport à 2010) grâce à une reconquête de part de marché sur la Corse (+27%, plus de 900.000 passagers) et la croissance à deux chiffres des croisières (+18%, 809.300 passagers). Seules les destinations internationales, Algérie et Tunisie, ralentissent fortement, respectivement -11 et -15%, même si on observe un redressement de la Tunisie au quatrième trimestre. Le trafic cumulé vers le Maghreb atteint, pour 2011, seulement 72.300 passagers.

Comme prévu, le chiffre d'affaires du port baisse en 2011 du fait du changement de son périmètre de facturation après le transfert des activités d'exploitation aux entreprises de manutention en mai dernier, dans le cadre de la mise en oeuvre de la réforme portuaire. Les premières estimations évaluent le chiffre d'affaires à 154 millions d'euros, en recul de 12% par rapport au réalisé 2010.
On notera que le port a réalisé 41 millions d'euros d'investissements l'an dernier, dont la plus grande part (17M€) a été consacrée au poste « support au développement » avec la rénovation de quais ou de dessertes routières par exemple. Le deuxième poste en termes d'investissements est celui du « roulier, passagers et interface Ville/Port » ; il a bénéficié de 15M€.

Fos 2XL et la Forme 10 : Les deux grands projets de 2012

L'année 2012 verra l'aboutissement de l'appel à projets pour l'exploitation de la Forme 10, la plus grande forme de réparation navale industrielle du port mais aussi de Méditerranée. Le port est actuellement en négociation exclusive avec un groupement de quatre sociétés - Chantier Naval Marseille, STX France, San Giorgio del Porto et Mariotti pour pouvoir remettre en service la plus grande forme de radoub de Méditerranée (465 mètres de long pour 85 mètres de large). L'objectif est, notamment, de capter les arrêts techniques et refontes des grands paquebots.
2012 sera aussi l'année de la mise en service totale des deux terminaux à conteneurs Fos 2XL , exploités par Portsynergy/Eurofos (Terminal de Méditerranée) et par Seayard (Seayard Terminal). En investissant 180 millions d'euros pour la création de ces deux terminaux, le GPMM a permis le doublement de la capacité de traitement de conteneurs du port, le dotant d'une réserve de croissance qui sera disponible dès la reprise de l'activité économique. C'est au mois de mars que chaque terminal bénéficiera de sa configuration définitive après le transfert des six portiques ex-GPMM auprès des deux portiques super post panamax acquis par chaque opérateur. Un premier navire est attendu au Seayard Terminal dès le 15 février alors que le Terminal de Méditerranée a été mis progressivement en exploitation au cours du dernier semestre 2011.

Premiers effets de la réforme portuaire

Concernant la réforme portuaire, qui a été définitivement mise en oeuvre l'an dernier, Marseille Fos est le seul port français à avoir transféré ses personnels de maintenance aux entreprises de manutention (80 agents). Au total, 411 agents ont quitté le GPMM : 210 ont été accueilli dans la filiale Fluxel, gestionnaire des terminaux pétroliers, 160 sur les terminaux céréaliers, minéraliers et conteneurs de Fos, 41 sur le terminal à conteneurs de Marseille.
Outre les 100 bras de déchargement cédés à Fluxel, 15 engins de manutention ont été vendus aux manutentionnaires.
Depuis l'aboutissement de la réforme en juin 2011, l'Union Maritime et Fluviale (association qui représente les 22 professions portuaires, soit 300 entreprises, travaillant avec le port de Marseille-Fos), indique que le taux de panne des portiques est passé sous le seuil des 5%, que la productivité du Med Europe Terminal (ex-Mourepiane) a évolué de 14 mouvements /heure à 23 mouvements/heure et que les camions n'attendent plus. A Fos, la longueur des quais a été doublée et l'attente des navires a été considérablement réduite : elle est aujourd'hui proche de zéro au lieu des 2 à 3 jours observés il y a un an. La réforme portuaire porte donc déjà ses premiers fruits au niveau de la compétitivité des terminaux, se félicite le GPMM.

Port de Marseille