Vie Portuaire
Marseille-Fos : Trafic portuaire stable en 2016

Fil info

Marseille-Fos : Trafic portuaire stable en 2016

Vie Portuaire

L’activité 2016 du port de Marseille Fos conforte sa stratégie de diversification des trafics maritimes : les filières destinées à soutenir les segments traditionnels du port ont joué pleinement leur rôle cette année. La hausse des conteneurs mais aussi des voitures, remorques, petits vracs et GNL a permis de stabiliser le trafic 2016 au niveau de 2015 avec un trafic total de 80,9 millions de tonnes.

Le conteneur poursuit sa course positive avec une hausse de +3% (+4,1% à Fos), une progression supérieure pour la 2ème année consécutive à la moyenne des ports européens et français.

En matière de fret roulier, les voitures neuves profitent de la bonne santé du marché automobile français et progressent de +5% tandis que les remorques confortent l’activité des bassins de Marseille avec un score de +7%.

Marseille Fos entrevoit également des perspectives encourageantes pour la manutention des colis lourds grâce au déchargement de cargaisons exceptionnelles destinées au site d’ITER à Cadarache, une activité qui ira crescendo jusqu’en 2025.

GNL, plus forte hausse en volume

Le GNL retrouve en 2016 un trafic conforme aux attentes avec une progression de +33%. Le GNL est la plus forte hausse en volume qu’a connue le port en 2016 (+1,3 Mt).

L’émergence de trafics tels que les pellets de bois ou la forte hausse des matériaux pour le BTP (+108%) soutiennent la filière des vracs solides qui est pénalisée par ailleurs par les difficultés conjoncturelles de la sidérurgie.

Enfin, les activités passagers et réparation navale gagnent en 2016 le pari de la diversification des bassins de Marseille. Aux côtés des croisières qui n’ont plus à démontrer leur poids économique et leur succès (+9% en 2016), les lignes régulières vers l’international connaissent un regain (+ 12 % ) tandis que la destination Corse entame le rattrapage de son retard grâce à la stabilisation de la desserte.

La réparation navale améliore encore son activité en 2016, après une très bonne année 2015. Les jours d’occupation des formes progressent au global de 4% et la réparation à flot bondit de 21% avec 131 navires traités sur l’exercice. A noter que la réparation industrielle a accueilli pour la 1ère fois deux méthaniers à flot et vu son chiffre d’affaires progresser de 20%. Un signe encourageant avant la mise en service en avril 2017 de la forme 10, plus grande forme du port et de Méditerranée.

Logistique : développement de 291 000 nouveaux m²

Outre une diversification réussie des trafics, l’activité 2016 du port de Marseille Fos se caractérise aussi par l’arrivée ou la consolidation de la présence de plusieurs acteurs de la logistique maritime ou de la smart économie, nouveau créneau pour le port.

Au total, près de 300 000 m² d’entrepôts, de locaux ou de terre-pleins ont été développés en 2016 soit autant de trafics maritimes pérennisés, à l’image des véhicules neufs soutenus par l’extension de TEA (Fos) et l’amodiation de CAT (Marseille).

Sur la zone de Distriport, Daher Group a concentré la logistique du projet ITER, GCA a ouvert un entrepôt classé Seveso, deux nouveaux clients ont été accueillis dans le bâtiment de Mediaco, NTN (roulements) et Steinweg, tandis que Tempo One a demandé une extension de son entrepôt. La Feuillane verra en 2017 le premier bâtiment d’IDEC Life sortir de terre après l’obtention du permis de construire.

En matière d’implantations, les bassins Est de Marseille ont bénéficié en 2016 d’opportunités remarquables avec les terre-pleins confiés à Derichebourg (ferrailles), à Progeco (maintenance conteneurs) et surtout Interxion qui a choisi de baser son futur data center dans des locaux portuaires devenus obsolètes pour les activités maritimes. Ce projet offre au port une impulsion nouvelle, celle de se positionner en tant que Smart port, s’appuyant sur ses atouts logistiques et énergétiques pour devenir un nouveau hub de transfert de données numériques grâce à la convergence des câbles sous-marins intercontinentaux.

La transition énergétique s’impose comme un axe d’innovation

L’activité du port de Marseille Fos est historiquement basée sur le domaine de l’énergie, des hydrocarbures en particulier et entend le rester.

Après un premier virage concluant vers le GNL, il mise aujourd’hui sur la diversification énergétique et l’innovation. A ce titre, 2016 est marquée par la concrétisation de plusieurs projets innovants.

PIICTO, plateforme industrielle et d’innovation de 12 000 ha à Fos, accueille le premier projet Power to Gas raccordé au réseau de transport de gaz en France, Jupiter 1000.

Le programme de recherche appliquée « Vasco2 » cherche à valider également à Fos des procédés de production de microalgues et de biocarburants par une valorisation des fumées industrielles.

La zone portuaire abrite aussi désormais la 1ère station de GNV (gaz naturel véhicules) pour les poids-lourds de la région PACA et près de 80 000 m² de toitures ont été équipés de panneaux photovoltaïques.

Enfin, Marseille n’est pas en reste avec deux centres de géothermie marine installés par Engie et Dalkia pour alimenter les bâtiments du quartier Euroméditerranée en chaleur et en froid à partir d’une énergie 100% renouvelable.

Le port de Marseille Fos s’est également mobilisé en 2016 pour contribuer à l’émergence de solutions logistiques innovantes. Ainsi, les dessertes pilotes du Fresh Food Corridor ont été testées avec succès et ont validé la réduction de moitié du transit time d’une chaine modale coordonnée mer-fer entre Israël et les marchés du nord de l’Europe via le port de Marseille Fos.

Après avoir réuni fin novembre 2016 à l’occasion du MedPorts Forum plus de 25 ports méditerranéens à Marseille afin de souligner le rôle majeur de ce bassin en tant que noeud stratégique de toutes les routes maritimes mondiales, le port de Marseille Fos poursuivra son action en 2017 pour s’imposer comme le gateway sud de l’Europe.

Il s’attachera également à renforcer sa visibilité internationale afin de convaincre toujours plus d’acteurs du shipping, de la logistique et de l’industrie de faire le choix du port de Marseille Fos.

Trafic total 2016 : 81 millions de tonnes

- Marchandises diverses : 18,4 Mt [+3%]

- Vracs liquides : 49,5 Mt [-1%]

- Vracs solides : 12,9 Mt [-7%]

- Passagers : 2,7 Mpax [+6%]

Communiqué du GPMM, 24/01/17

 

Port de Marseille