Vie Portuaire
Marseille : Inauguration du Peloton de sûreté maritime et portuaire

Actualité

Marseille : Inauguration du Peloton de sûreté maritime et portuaire

Vie Portuaire

Après Le Havre, en 2006, les infrastructures portuaires de Marseille-Fos disposent désormais de leur Peloton de Sûreté Maritime et Portuaire (PSMP). Mis en oeuvre par la Gendarmerie, du fait de sa double compétence terrestre et maritime, le dispositif vise les navires, les approches et installations des ports. Les PSMP sont placés sous la responsabilité conjointe du Préfet maritime et du préfet de département. Ils sont chargés de la protection contre les actions terroristes, le transport illicite de marchandises, l'immigration clandestine et les autres actes de malveillance de droit commun. La nouvelle structure a été inaugurée le 23 avril à Port-de-Bouc, où elle s'est installée dans les anciens hangars des chantiers et ateliers de Provence. Après l'arrivée d'un élément précurseur en août 2009, le PSMP est opérationnel depuis novembre dernier. Il compte aujourd'hui 45 gendarmes répartis en 6 groupes : Le Commandement (3 personnes), le Ciblage (8), le Renseignement (4), l'Intervention/Fouille (15), l'Expertise (5) et la Police Judiciaire (10).

  (© : GENDARMERIE MARITIME)
(© : GENDARMERIE MARITIME)

Le PSMP est actif 24h/24 et 7j/7, effectuant notamment une surveillance à terre des installations portuaires, ainsi qu'en mer dans le golfe de Fos et l'Étang de Berre. Il s'agit de prévenir et dissuader tout acte malveillant ou terroriste visant un navire ou une installation portuaire. Les gendarmes effectuent aussi des visites de sûreté à bord des navires et des installations portuaires, réalisent des audits d'évaluation pour l'élaboration des plans de sûreté portuaire et des plans de sûreté d'installation portuaire, et escortent des navires sensibles. Ils sont également chargés de faire respecter les règles de navigation et les interdictions sur les plans d'eau, tout en menant des actions de recherche de renseignements et informations d'intérêt maritime. Ils apportent, enfin, leur concours aux autres unités du groupement, comme les plongeurs et les référents ISPS.

Vue des futures EBSLP  (© : DGA)
Vue des futures EBSLP (© : DGA)

Des moyens terrestres et nautiques

Pour cela, le peloton se dote progressivement de moyens dédiés. En tout, il doit être équipé de 7 véhicules, dont un véhicule pour transporter les équipes cynophiles. Pour le volet nautique, il utilise pour l'heure une ancienne pilotine, la « P196 », affrétée depuis novembre 2009 au syndicat professionnel des pilotes des ports de Marseille-Fos. Au second semestre, le PSMP devrait toucher deux nouvelles vedettes, appelées Embarcations de Brigade de Surveillance du Littoral et Portuaire (EBSLP). Ces bateaux de 12 mètres font partie d'une série de 8 unités commandée à UFAST et Raidco Marine en septembre 2009 par la Direction Générale de l'Armement (DGA). La première « marseillaise » devrait être livrée en septembre prochain et la seconde deux ou trois mois plus tard. Une troisième EBSLP sera réalisée pour le futur PSMP de Marseille (Bassins Est) qui doit ouvrir cet été. En attendant son arrivée, la pilotine sera conservée.
En plus des nouvelles vedettes, le peloton de Port-de-Bouc va toucher deux embarcations semi-rigide de 6 mètres, destinées à être utilisées dans les endroit plus difficiles d'accès. Les gendarmes disposent en outre de trois équipements complets de plongeurs et d'un robot sous-marin télé-opéré (ROV) permettant l'exploration et l'investigation des coques.

Les locaux de Port-de-Bouc  (© : GENDARMERIE MARITIME)
Les locaux de Port-de-Bouc (© : GENDARMERIE MARITIME)

En matière de locaux, les gendarmes se sont donc installés dans les hangars des anciens Chantiers et Ateliers de Provence, quai de la Liberté. Sur un terrain du Grand Port Maritime de Marseille (GPMM) concédé à la mairie de Port-de-Bouc, 900 m² de bureaux et locaux techniques ont été aménagés dans un bâtiment d'une surface de 3000 m². Après la réhabilitation du hangar, l'aménagement a commencé en mai 2009. Les travaux des locaux de service et techniques se sont achevés en décembre de la même année, une deuxième partie consacrée aux logements (pour les volontaires et réservistes) débutant en janvier avec une date de livraison prévue en juin prochain.
Le coût du chantier est de 3.8 millions d'euros, dont 900.000 euros pour les logements. La commune de Port de Bouc, maître d'oeuvre, finance les travaux, qui sont remboursés à hauteur 1/20èmes tous les ans par la Marine nationale sous forme de loyer.

 (© : GENDARMERIE MARITIME)
(© : GENDARMERIE MARITIME)

Un dispositif progressivement étendu à tous les grands ports

C'est à la suite des attentats du 11 septembre 2001 qu'a été décidé le renforcement du dispositif international de sûreté du transport maritime. Il s'est principalement traduit par l'adoption du code ISPS (international ship and port security). Ce code international de sûreté des navires et des installations portuaires est entré en vigueur le 1er juillet 2004, et transposé en droit européen la même année. La doctrine nationale de sûreté maritime et portuaire (DNS) du 16 février 2006 vise, en parallèle, à donner une cohérence entre le code ISPS et le dispositif national de lutte contre le terrorisme, notamment le plan VIGIPIRATE. Ces textes traitent de la protection contre les actions terroristes, le transport illicite de marchandises, l'immigration irrégulière et les autres actes de malveillance de droit commun. Dans les ports dont le rôle économique est d'importance « vitale », comme Le Havre, Marseille, Dunkerque, Nantes-Saint-Nazaire, Calais ou Bastia, un dispositif visant à assurer des missions de sûreté générale se met progressivement en place.

Dans le port du Havre  (© : GRAND PORT MARITIME DU HAVRE)
Dans le port du Havre (© : GRAND PORT MARITIME DU HAVRE)

Outre les missions générales de police administrative, les PSMP sont investis de missions plus spécifiques visant à prévenir les actions malveillantes et terroristes par une présence dissuasive, dans les approches, sur les plans d'eau et dans les zones portuaires.
Une première unité a été créée au Havre, à titre expérimental, en 2006. L'expérience ayant été concluante, il a été décidé d'étendre le dispositif au bassin Ouest de Marseille, où le nouveau peloton est installé sur la commune de Port de Bouc depuis octobre 2009. Un autre PSMP sera mis en place à l'été 2010 pour assurer la sûreté des Bassins Est de Marseille. Dans les années à venir, des unités équivalentes seront déployées à Dunkerque et à Nantes-Saint-Nazaire. Elles seront notamment dotées des nouvelles vedettes construites par UFAST et Raidco Marine.

 (© : FRANCOIS DIDIERJEAN )
(© : FRANCOIS DIDIERJEAN )

Port de Marseille Gendarmerie Maritime | Toute l'actualité de cette composante de la Gendarmerie nationale