Vie Portuaire
Marseille : L'élargissement de la passe nord à l'ordre du jour

Actualité

Marseille : L'élargissement de la passe nord à l'ordre du jour

Vie Portuaire

Le Conseil de surveillance du Grand Port Maritime de Marseille devrait acter, demain, le lancement du projet d'élargissement de la passe nord. L'objectif est de faciliter l'accès du terminal croisière aux plus grands paquebots, même quand les conditions météorologiques sont délicates. L'actuelle passe, qui mesure 170 mètres de large, est en effet régulièrement soumise aux effets du Mistral. Or, l'augmentation de la taille des paquebots ces dernières années rend délicate la manoeuvre lorsque le vent souffle à plus de 25 noeuds. Bien que, durant la saison estivale, les contraintes liées au Mistral sont réduites en termes de jours, on estime quand même que la problématique du vent trop fort entraine l'annulation de 10 à 15% des escales, ce qui se traduirait par un manque à gagner de 15 à 20 millions d'euros pour l'économie locale. De plus, Marseille doit répondre au développement des escales toute l'année et plus seulement en été. Or, à partir de l'automne, le Mistral est beaucoup plus présent et peut régulièrement souffler à plus de 40 noeuds.

Le MSC Fantasia quittant Marseille par la passe nord (© MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)
Le MSC Fantasia quittant Marseille par la passe nord (© MER ET MARINE - V. GROIZELEAU)

Un chantier de 40 millions d'euros à achever en 2016

Le projet de l'élargissement de la passe nord est en gestation depuis longtemps. Mais, jusqu'ici, il était resté dans les cartons, notamment du fait que le port ne voulait pas être seul à mettre la main à la poche. D'autant qu'en plus de fortes contraintes budgétaires, la croisière est relativement peu lucrative pour l'établissement portuaire. En fait, cette activité bénéficie surtout au tissu économique local (hôtellerie, restaurants, commerces, avitailleurs...) et de plus en plus à la réparation navale. Reste que ces derniers mois, certaines compagnies, au premier rang desquelles MSC Croisières, ont fait pression sur les autorités locales pour voir le projet d'élargissement aboutir. L'armateur italo-suisse, exploitant aux côtés de Costa Croisières et Louis Cruises du MPCT, le terminal croisière phocéen, réclame en effet que les accès nautiques soient améliorés, un certain nombre d'escales de ses paquebots géants (MSC Fantasia et MSC Splendida, de 333 mètres de long, 37 mètres de large et 139.000 tonneaux), positionnés en tête de ligne à Marseille, ayant été annulées depuis 2009 à cause du vent. Forte de ses très importants investissements en France, où elle a fait réaliser tous ses navires (9 ont été livrés entre 2003 et 2012 par STX France, pour une valeur de plus de 4 milliards d'euros), MSC a également fait valoir, non sans raison, que la croisière contribuait significativement au rayonnement de la cité phocéenne. Alors qu'un dixième paquebot, le MSC Divina, a été baptisé fin mai à Marseille et que la compagnie négocie actuellement la commande de deux unités encore plus grandes, que Saint-Nazaire espère décrocher, l'Etat et les collectivités locales auraient finalement accepté de participer au financement du chantier de la passe nord. Le coût, qui devra être affiné, est estimé à 40 millions d'euros. Après la fin des études, les travaux pourraient être lancés en 2014 pour s'achever en 2016.

Le MSC Fantasia au terminal croisière (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)
Le MSC Fantasia au terminal croisière (© MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU)

Un projet lié à la remise en service de la forme 10

Techniquement parlant, les études vont se poursuivre mais l'idée est, aujourd'hui, que la passe atteigne une largeur de 220 mètres environ, contre 170 aujourd'hui. Pour cela, le tenon partant du bassin jouxtant la forme 10 et qui mesure environ 70 mètres, serait raboté d'une cinquantaine de mètres. Mais, dans le même temps, il faudra compenser l'enlèvement de cette structure, qui ferme la passe et contribue à la tranquillité des eaux dans les bassins. Pour éviter l'effet d'agitation, il est donc envisagé d'allonger la digue du nord de 90 mètres, ce qui devrait constituer la partie la plus lourde du chantier, la nouvelle portion de digue devant s'avancer sur des fonds de 10 à 20 mètres.

Le tenon, le bassin à flot et la forme 10 (© PORT DE MARSEILLE-FOS)
Le tenon, le bassin à flot et la forme 10 (© PORT DE MARSEILLE-FOS)

On notera que l'élargissement de la passe nord est étroitement lié à la remise en service de la forme 10, la plus grande cale sèche de Méditerranée, longue de 465 mètres et large de 85 mètres. Le port de Marseille devrait, d'ailleurs, également annoncer demain l'attribution d'une concession d'exploitation de cette forme à un consortium constitué des groupes italiens San Giorgio del Porto - maison-mère de Chantier Naval Marseille, qui opère déjà les formes 8 et 9, longues de 350 mètres et 250 mètres - et T. Mariotti, ainsi que STX France. L'objectif est de remettre en service cette cale sèche dans les deux ans afin de pouvoir réaliser à Marseille les arrêts techniques des plus grands paquebots en exploitation, dont l'entrée dans le port en toute sécurité et quelque soient les conditions météo doit être assurée par l'élargissement de la passe.

Port de Marseille