Vie Portuaire
Marseille : les professionnels de la croisière appellent l’Etat à préparer la reprise

Actualité

Marseille : les professionnels de la croisière appellent l’Etat à préparer la reprise

Vie Portuaire
Croisières et Voyages

Alors qu’un nombre croissant de pays européens travaille activement au retour des croisiéristes dans leurs ports d’ici l’été, le gouvernement français fait toujours preuve de beaucoup d’attentisme. A Marseille, premier port hexagonal pour le tourisme maritime, les professionnels redoutent que la reprise qui se dessine se fasse sans la France et que si celle-ci rate le coche, la filière nationale en subira de lourdes et durables conséquences. Mettant en avant le retour d’expérience positif des protocoles sanitaires déployés par les compagnies dans d’autres pays, ils appellent l’Etat à donner une visibilité au secteur et préparer avec les instances sanitaires la réouverture progressive des ports français dès que cela sera possible. Une problématique qui, au-delà de la cité phocéenne, touche de nombreuses autres villes et régions du pays, du Nord à la Corse en passant par la Normandie, la Bretagne, l’Aquitaine, l’Occitanie et le reste du littoral méditerranéen. Mais aussi toute l’industrie navale qui dépend de la croisière, à commencer par les chantiers. Car sans reprise sensible de l’activité, les arrêts techniques de navires resteront très limités, et il ne faudra pas espérer de nouvelles commandes de paquebots. Cette question, celle de la croisière en France, pèse 5.5 milliard d’euros par an dans l’économie nationale et génère 20.000 emplois directs, dont 6000 pour la construction navale. Elle est donc loin d’être anecdotique.

Toute une flotte à quai dans les bassins phocéens

Il n’y a en tous cas jamais eu autant de paquebots dans le port de Marseille, avec ces derniers mois jusqu’à une quinzaine de navires amarrés simultanément dans les bassins phocéens et encore treize à ce

Port de Marseille