Disp POPIN non abonne!
Vie Portuaire

Actualité

Marseille : Une nouvelle grue pour la forme 10

Vie Portuaire

Chantier Naval de Marseille, qui termine l’année sur un chiffre d’affaires record, vient de s’équiper d’une nouvelle grue pour la forme 10. Les différents éléments de cet outillage, commandé à la société Potain, sont arrivés en octobre et ont été assemblés sur place. D’une masse totale d’environ 460 tonnes, dont 32 tonnes de lest en béton sur la contre-flèche et 180 autres tonnes de lest béton pour la base de son portique, la nouvelle grue culmine à 82.5 mètres au-dessus des abords de la forme, la hauteur sous crochet étant de 67.9 mètres. La capacité de levage atteint 16 tonnes à 33.9 mètres et 8 tonnes à 60 mètres, son élongation maximale. L’engin, monté sur rails, peut circuler sur 450 mètres le long de la forme.

 

La nouvelle grue pendant son montage (© CNDM)

La nouvelle grue pendant son montage (© CNDM)

 

 

La nouvelle grue de la forme 10 (© EMMANUEL BONICI)

La nouvelle grue de la forme 10 (© EMMANUEL BONICI)

 

Représentant un investissement de 2.3 millions d’euros pour CNdM, cette grue s’inscrit dans le plan de modernisation et d’adaptation de l’outil industriel du chantier. Complémentaire de la grue Caillard, qui borde elle aussi la forme 10 et demeure en activité, elle a été spécialement acquise pour les arrêts techniques de paquebots. « Cette grue est principalement dédiée aux retrofits de bateaux de croisière, qui nécessitent de la rapidité et de pouvoir transférer des charges sur les ponts supérieurs. Très haute et dotée d’une grande allonge, elle est capable d’emmener des conteneurs au milieu des navires. Si nous avons besoin de moyens de levage plus puissants, nous utiliserons la Caillard », explique Jacques Hardelay, directeur général de CNdM.

Alors que l’entreprise a formé ses personnels à l’exploitation de cette grue, elle devrait entrer en service en janvier avec comme premier « client » un ferry attendu en arrêt technique dans la forme 10, avant l’arrivée d’un paquebot en février. En attendant, des discussions sont en cours avec le Grand Port Maritime de Marseille qui sera lui-aussi amené à se servir de cet outillage.

 

Deux ferries de GNV dans la forme 10 début 2018 (© EMMANUEL BONICI)

Deux ferries de GNV dans la forme 10 début 2018 (© EMMANUEL BONICI)

 

CNdM, qui achève l’arrêt technique du paquebot AIDAsol, a connu cette année une activité exceptionnelle. Le chiffre d’affaires de l’entreprise devrait en effet dépasser 40 millions d’euros, ce qui constitue une première pour cette filiale du groupe italien San Giorgio del Porto. « Ce fut une très bonne année. Même s’il y a eu des pics d’activité, elle a été marquée par le fait que nous avons réussi à étaler de la charge sur la saison habituellement plus creuse, ce qui est notre objectif ».  

La clientèle a été également assez diversifiée, avec toujours beaucoup de ferries et paquebots, mais aussi d’autres types de navires, comme un câblier d’Orange Marine (voir notre reportage) et un porte-conteneurs, ce dernier ayant servi à tester, pour la première fois au chantier marseillais, un robot de peinture.

 

Le câblier Raymond Croze en arrêt technique en juin dernier (© EMMANUEL BONICI)

Le câblier Raymond Croze en arrêt technique en juin dernier (© EMMANUEL BONICI)

 

Port de Marseille