Construction Navale
Maucour élargit sa gamme d’hélices et vise l'export

Focus

Maucour élargit sa gamme d’hélices et vise l'export

Construction Navale

Maucour est un acteur reconnu en France pour la production d’hélices, d’arbres de transmission et de joints d’étanchéité pour le secteur des navires de faible et moyen tonnage. Il est basé à Saint-Herblain, dans la banlieue ouest de Nantes. Actuellement, la société porte une attention toute particulière à son développement à l’international. Elle bénéficie d’une bonne dynamique et de nouveaux débouchés grâce à des accords de distribution de produits réputés.

Une PME familiale spécialiste de la propulsion

Maucour est gérée par un trio. « Mon père, Jean-Pierre Blay, est président de la société et mon frère Jérémy est responsable technique », explique Anthony Blay, directeur général adjoint.  « L’entreprise a été reprise au tournant des années 2000 après avoir été pendant 10 ans dans le groupe britannique Teignbridge. »

 

Jérémy, Anthony et Jean-Pierre Blay (© MAUCOUR)

Jérémy, Anthony et Jean-Pierre Blay (© MAUCOUR)

 

Son activité repose sur le secteur de la propulsion. Une part importante du chiffre d'affaires est réalisé avec les bateaux à usage professionnel, le reste l'étant avec le marché des plaisanciers. Maucour conçoit, fabrique et importe des hélices, arbres de transmissions, hydrojet et autres joints ou pièces mécaniques.

Aujourd’hui, la société compte 17 salariés et un chiffre d’affaires de 2.5 millions d’euros. « Nous sommes en progression en 2018. Le marché français est majoritaire, mais on cherche à se développer à l’export. On était à 20% dans ce domaine, on est maintenant aux alentours des 30-35%. »

Production interne et distribution d’équipements étrangers

Chaque année, le fabricant livre plusieurs centaines d’hélices et lignes d’arbres. Parmi ses clients, on retrouve de grands noms de l’industrie navale française : Piriou, Ocea, Sibiril, Alumarine, Transmetal, Socarenam, Glehen, Ufast, Merré...

 

Les pilotines de Merré livrées cette année en Tunisie font partie des nombreux bateaux équipés par Maucour (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU) 

Les pilotines de Merré livrées cette année en Tunisie font partie des nombreux bateaux équipés par Maucour (© : MER ET MARINE - VINCENT GROIZELEAU) 

 

La société dispose d’un bureau d’études avec un responsable technique, deux ingénieurs et un commercial. Elle peut ainsi proposer ses propres modèles d’hélices, d’arbres ou encore de systèmes d’étanchéité comme l’ERCEM. « Nous sommes très reconnus sur ce produit. Quant à nos hélices, celles que l’on produit atteignent jusqu’à 3 mètres de diamètre. » L’atelier de production est de 2100 m2. Pour les propulseurs, après avoir réalisé les études, Maucour fait appel à des fonderies externes. L’entreprise nantaise s’occupe ensuite de la finition.

 

L'atelier de production (© MAUCOUR)

L'atelier de production (© MAUCOUR)

 

Outre ses designs développés en interne, elle distribue des équipements d’autres firmes. Cela va des hydrojets de Castoldi à des accouplements Aquadrive en passant par des Hélices Variprop/Variprofile/Varifold ou encore des pièces Wärtsilä par exemple. Dernièrement, le français est devenu le distributeur sur le territoire national des hélices de l’australien Veem. « Ce sont des modèles de très hautes performances. Avec elles, on espère aller sur le monde des yachts », explique Anthony Blay. Ces dernières mesurent jusqu’à 4.6 mètres et doivent permettre à l’industriel de toucher de nouveaux marchés plus efficacement.

 

Hélice Veem pour superyacht (© VEEM)

Hélice Veem pour superyacht (© VEEM)

 

À noter que la société est plus que centenaire. Elle a en effet vu le jour en 1868 et fête cette année ses 150 ans d’existence. Cela fait d'elle l'une des dernières survivantes du complexe industriel nantais du XIXème siècle. Une longévité très rare dans ce secteur qu'elle partage avec quelques rares sociétés, comme ACB, sous-traitant aéronautique et lointain descendant des Ateliers et Chantiers de Bretagne, actuellement basé à Carquefou.

 

Outre sa longue durée de vie, elle est restée fidèle à son coeur de marché, la propulsion (© MAUCOUR)

Outre sa longue durée de vie, elle est restée fidèle à son coeur de marché, la propulsion (© MAUCOUR)