Défense
MBDA lance le système VL Mica NG

Actualité

MBDA lance le système VL Mica NG

Défense

Dans le sillage du programme du missile air-air Mica de nouvelle génération destiné aux avions de combat, MBDA a annoncé hier le lancement commercial de sa version à lancement vertical. Comme son aîné, le VL Mica NG est décliné pour des applications terrestres et navales.  

Le Mica est pour mémoire un missile à guidage autonome pouvant bénéficier, en cas de besoin, d’un rafraîchissement en vol de la désignation d’objectif grâce à une liaison de données. Optimisé pour l'interception à très basse altitude de cibles à faible signature, le VL Mica dispose d'un autodirecteur infrarouge ou électromagnétique. Ces deux modes peuvent être panachés dans les lanceurs, suivant le choix des marines et armées qui les opèrent. Léger, le système peut être embarqué sur des navires de taille relativement faible, comme des corvettes ou des patrouilleurs. Le VL Mica équipe ou a été retenu pour plus de 30 bâtiments d’au moins huit marines : celles d’Oman (corvettes du type Al Shamikh), du Maroc et de l’Indonésie pour leurs corvettes du type SIGMA, de l’Egypte et de la Malaisie pour leurs corvettes du type Gowind, des Emirats Arabes Unis (patrouilleurs du type Falaj 2), de Singapour (corvettes du type LMV), ainsi que le Qatar pour ses nouveaux patrouilleurs en cours de construction chez Fincantieri.

 

 

MBDA a également développé et vendu sur le continent africain et au Moyen-Orient une version terrestre du VL Mica, qui peut servir à la défense aérienne locale. Dans ce cas, les lanceurs sont montés sur un véhicule.

Le système va donc bénéficier d’une modernisation du missile, la France ayant notifié en 2019 le programme Mica NG, livrable à partir de 2024 pour le standard F4 du Rafale. L’autodirecteur infrarouge du Mica NG utilisera un capteur matriciel procurant une sensibilité accrue et l’autodirecteur électromagnétique sera équipé d’une antenne active (AESA) permettant des stratégies intelligentes de détection. Par ailleurs, du fait de la réduction de volume de la partie électronique, le Mica NG emportera une quantité de propergol plus importante permettant d’augmenter significativement la portée du missile, qui sera presque doublée. Un nouveau propulseur à double impulsion permettra de redonner de l’énergie au missile en fin de vol afin d’augmenter sa manoeuvrabilité et sa capacité d’interception de cibles situées à grande distance. Enfin, des capteurs internes permettront de suivre « l’état de santé » de la munition tout au long de sa vie (au cours de son stockage et de son emport) et contribuera à réduire significativement la maintenance et les coûts de possession de l’arme.

A l’instar d’autres missiles, comme l’Exocet qui a vu se succéder au fil des années différentes versions modernisées (la prochaine, le Block3c, sera opérationnelle en 2021), MBDA entend capitaliser sur sa base commerciale, avec un nouveau missile Mica compatible avec les installations de lancement de son prédécesseur. L’intégration des pleines capacités de la nouvelle arme sur des plateformes existantes ne nécessitera que des interventions légères, essentiellement au niveau logiciel.

© Un article de la rédaction de Mer et Marine. Reproduction interdite sans consentement du ou des auteurs.

 

MBDA | Toute l'actualité du missilier européen