Marine Marchande
MCM et Corsica Maritima : Le rapprochement en question

Actualité

MCM et Corsica Maritima : Le rapprochement en question

Marine Marchande

Décidément, rien ne pourra se faire sans l’intervention de la justice dans les liaisons entre la Corse et le continent. Selon la presse quotidienne corse et marseillaise, le tribunal de commerce de Marseille devrait être saisi, le 12 février prochain, de la question du rapprochement annoncé entre MCM, la société de Patrick Rocca ayant repris la SNCM, et le consortium Corsica Linea. Ce dernier, candidat malheureux à la reprise de la SNCM, a aligné, depuis le 5 janvier, le roulier Stena Carrier entre Bastia et Marseille et annonce l’ouverture d’une ligne vers Ajaccio dès début mars.

Une concurrence frontale qui ne favorise pas le démarrage de l’activité de MCM. Cette dernière serait, un mois après ses premières rotations, déjà dans une situation financière délicate et toujours pas propriétaire de la flotte, encore aux mains des liquidateurs. Le 24 janvier dernier a vu un retournement de situation pour le moins spectaculaire avec l’annonce d’un rapprochement entre les deux sociétés corses, sous la forme d’une entrée au capital de MCM par Corsica Linea.

La question de la compagnie régionale

Derrière cette annonce se trouve sans doute un contexte politique qui a beaucoup changé en Corse. Les élections régionales, intervenues après l’attribution de la reprise de la SNCM à Patrick Rocca, ont vu l’arrivée au pouvoir des nationalistes. On sait ces derniers favorables à la création d’une société d’économie mixte amenée à devenir une compagnie régionale de transport et prêts à diminuer la subvention au contrat de délégation de service public de desserte de l'île depuis Marseille.

Cette dimension politique est sans doute un des facteurs d’explication de cette nouvelle situation qui a provoqué l’ire de Christian Garin et de son partenaire Arista Shipping, qui étaient également en lice pour reprendre la SNCM. Par la voix de leur avocat, ils ont annoncé leur intention de saisir l’Autorité de la Concurrence sur ce projet de rapprochement qualifié « d’entente » « qui laisse craindre un détournement de procédure ». 

Corsica Linea (ex-SNCM)